Le Puy-en-Velay

By 29 août 2019Blabla, Photos

J’ai récemment eu l’opportunité de retourner au Puy-en-Velay, environ dix ans après ma première visite qui avait été un véritable coup de coeur. Cette très jolie ville m’évoquait déjà de chouettes souvenirs, mais je m’en suis créé de nouveaux, et je me suis dit que j’allais vous en parler un peu. Chaussez des chaussures confortables, et on est partis 😉

La Ville en elle-même.

Le Puy-en-Velay, c’est une ville finalement pas si grande que ça mais connue pour pas mal de petites choses : ses lentilles, sa verveine, ses dentelles, et ses monuments. Elle regorge de petites ou de grandes choses à voir, et il y en a pour tous les goûts !

Le soir, sa tour est illuminée.

On est repartis avec chacun sa bouteille 😉

On a fait un petit arrêt à la distillerie Pagès. Il y a une vidéo de présentation qui y tourne en libre accès et qui présente la verveine du Puy en Velay. On a trouvé ça intéressant, et en descendant, il était possible de goûter les sirops et liqueurs à la vente, donc on ne s’est pas fait prier. Comme c’était bon et que le vendeur était fort sympathique, on a pris chacun notre petite bouteille souvenir ! Puis on est allé au ravitaillement.

Comme disaient en riant d’anciens potes,Le Puy c’est une ville de bon vivants, où l’on compte à peu près un restau ou un bar par habitant. C’est vrai qu’il y a un large choix, et certains ont des noms vraiment chouettes : « Comme à la maison », « L’âme des poètes », « La fabrique des étoiles »…. ça fait rêver ! En ce qui nous concerne, nous avons testé les restaurants suivants : « Couleurs des thés », « A Choumas » et « Sushi Panda ». Nous avons été satisfaits de leur prestation et de notre repas. Je pense qu’il est impossible de mourir de faim ou de soif dans cette ville 😉

Comme vos jambes pourront le constater également si vous y allez, c’est aussi une ville où les gens doivent tenir la forme, car ça monte et ça descend beaucoup !! Pour autant, s’y promener est un véritable plaisir ! La ville est ma-gni-fique ! Croyez-moi, je vais devoir me limiter en nombre de photos que je vais poster ici !! Mais voici tout de même quelques petits bâtiments et détails croisés en chemin…

Car c’est aussi une ville dont le coeur a un charme fou, avec ses maisons en pierre, ses rues pavées, ses monuments à couper le souffle, ses détails éparpillés un peu partout dans les moindres recoins. Pour les amateurs d’Architecture et de petits détails, il y a largement de quoi se laisser éblouir ! D’ailleurs, elle est aussi belle de jour… que de nuit !

Le Puy-de-Lumière.

Le Puy est une ville magnifique qui se visite de jour comme de nuit, mais qui vaut le détour surtout en période estivale, il me semble, puisque la ville a investi dans le concept du « Puy-de-Lumière » ou « Le Puy en Lumières ». Si vous connaissez la fête des lumières à Lyon, le concept est le même. À la nuit tombée, de petits spectacles lumineux se jouent en boucle sur les façades des bâtiments les plus notables de la ville. Un régal de féerie pour les yeux et les oreilles !

Tous les spectacles ne sont pas au même niveau, et tous n’ont pas l’air de nécessairement raconter une histoire, mais tous restent très jolis. Pour ma part, mon top 3 est constitué des projections : du rocher de l’Aiguilhe, du musée Crozatier, et de la place du plot, mais je me suis vraiment régalée à tous les spots visités. Il nous en a manqué deux, qui ne sont pas situés au Puy-en-Velay en fait :  la Médiathèque de Brives-Charensac, et son Vieux-Pont sur la Loire. Chaque projection dure entre 8 et 13 minutes, et elles sont diffusées de 21h30 (ou 22h) à minuit. Il faut donc bien s’organiser ou prévoir d’y rester plusieurs soirs.

Pour obtenir plus d’infos sur le Puy de Lumière, je vous renvois vers le site officiel, et pour avoir un aperçu des spectacles, vous pouvez aller sur ma chaîne youtube nouvellement créée. Il ne devrait pas y avoir grand chose d’autre à l’avenir dessus, mais c’est le meilleur support que j’ai trouvé pour partager ces vidéos. La qualité du son n’est pas extra, mais je pense que c’est suffisant, avec le visuel, pour découvrir un peu (mais comme c’est vachement mieux en vrai, vous recommande chaudement d’y aller 😉 ).

Cette fois-ci, je n’avais personne à aller voir, alors j’ai fait du tourisme avec mon chéri – qui a lui aussi été conquis par le lieu. Je vais donc vous parler rapidement des quelques petites choses qu’on a visité (c’est qu’un jour et demi, ça passe trèèèèès vite, alors il faut faire des choix).

La Statue de Notre-Dame-de-France.

La première chose que l’on ait faite au Puy-en-Velay même, c’est monter voir la vierge de Notre-Dame-de-France ! Très peu de photos à vous montrer pour le coup, parce qu’au final, j’étais complètement focalisée sur deux choses : m’en mettre plein les yeux (sans appareil), et penser à respirer. C’est que la vierge se situe haut, très haut. Ceci étant, la vue vaut largement le détour, et puis ça muscle un peu les jambes et le coeur, c’est tout bénéf’!
En terme de vue, on peut notamment admirer le rocher de l’Aiguilhe, la forteresse de Polignac, la cathédrale et son cloître, et bien sûr, tout le Puy et ses alentours verts et vallonnés.

Arrivés en haut, les plus masochistes courageux ont la possibilité de continuer à grimper : à l’intérieur de la vierge ! On commence par des escaliers en colimaçon… et ça finit par une échelle. Oui oui, une échelle. Où une seule personne à la fois peut monter pour aller jeter un oeil sous le dôme de verre situé derrière la couronne d’étoiles de la vierge. Si mon héros s’y est risqué, j’ai personnellement renoncé à ce moment là et fait demi-tour. Avec mes tendances à la claustrophobie et au vertige, sentir la structure bouger en me sachant si haut, croiser plein de gens dans des espaces assez confinés, etc… j’ai failli commencer à paniquer ahah xD Donc je suis contente d’être ressortie vite x)

Parlons tarifs vite fait. Monter voir la vierge revient à 4€ par adulte, ce qui est très raisonnable, mais il est aussi possible de prendre un pass monument à 12,50€ (par adulte, 6€ pour les jeunes de 6 à 18 ans, et gratuit pour les enfants de moins de 6 ans).
Celui-ci comprend les entrées pour la Statue Notre Dame de France, mais aussi le Rocher Saint-Michel d’Aiguilhe (autrement à 5€ par adulte), la Forteresse de Polignac (5€ par adulte), et le musée Crozatier (6€ par adulte). En bonus, il offre une réduction de 1€ sur la visite guidée du cloître (de base à 6€ par adulte) qui vous ouvre les portes de deux salles et un ‘balcon’ habituellement fermés au public. Si ces salles ne m’ont pas passionnée outre mesure, mon chéri lui a été conquis par la visite, mais on y reviendra. Le pass reste valable deux ou trois mois il me semble, pour vous donner l’occasion de revenir. C’est donc un pass qui vaut le coup si vous avez l’intention de faire le tour de ces lieux.

La Cathédrale.

Si vous aimez l’architecture, la cathédrale Notre-Dame-de-l’Annonciation devrait vous plaire ! Classée comme monument historique, elle est de facture romane (mais le guide vous en parlerait mieux que moi). Je voulais faire plein de photos et puis j’ai oublié ! x)
Si je la trouve superbe et que je sais qu’il y a moults détails à observer à l’intérieur, je l’ai surtout vue de l’extérieur : il y avait beaucoup de monde à l’intérieur, et même une  sorte d’office (pas une messe, mais un recueillement). On a fait un tour un peu rapide, et on est ressortis. De toute façon, je ne suis toujours pas très à l’aise dans les églises et j’ai toujours l’impression de gêner.

 

Le Cloitre.

Il se visite gratuitement toute l’année, mais la visite est légèrement limitée. Il faut passer par la caisse et réserver sa place pour pouvoir accéder à un peu plus. Outre les explications du guide, on visite la chambre d’un chanoine, l’un des ‘balcons’ de la cathédrale (la tribune nord), et le baptistère situé à côté. Nous sommes tombés sur un guide visiblement passionné, et très gentil, mais dont la voix et le débit de paroles, hélas, m’ont un peu ennuyée. À l’inverse, mon prince charmant a été captivé et n’a pas regretté un seul instant ce moment. Comptez entre 1h30 et 2h pour cette visite (et non 1h25 comme indiqué au départ 😉 ).

Outre la visite guidée, le cloître vous donne accès à la cour intérieure, à une petite partie des galeries, et à la salle des trésors où l’on peut admirer les Ors et Broderies soigneusement stockés ici. Les ouvrages sont impressionnants quand on sait que c’était réalisé à la main. Toutefois, ce qui aura le plus attiré mon regard, c’est un olifant très ouvragé (dans lequel j’aurais adoré pouvoir souffler ;D ).

Cathédrale + Cloître. Vue depuis la montée vers la vierge.

 

Le Rocher et la Chapelle Saint-Michel de l’Aiguilhe.

Tous les fascicules vous le diront, il y a 268 marches pour arriver en haut du rocher. Mais étant donné les aménagements « récents » avec le détour par les salles explicatives en amont, je dirais qu’il y en a un peu plus que ça. C’est donc encore une fois une visite sportive qui s’annonce, mais qui elle aussi, vaut largement le détour !

On a gardé l’oratoire en bas pour la fin, et on a attaqué bille en tête avant que la chaleur ne se lève de trop.

C’est une ascension assez impressionnante et surtout très belle. Si je n’ai jamais eu le courage de trop me pencher pour regarder « plus bas », je ne me suis pas privée de regarder au loin. Au final, la montée se fait assez vite, mais j’ai quand même bien transpirée ! xD

Arrivé au « presque-sommet », il y a comme un petit tour de garde, qui fait le tour de la chapelle. Une petite partie comporte des arches de pierres offrant à la fois de l’ombre et une belle vue sur les alentours ! De l’autre côté, c’est un muret qui vous sépare du plongeon, et on peut trouver un petit banc pour s’assoir et contempler le Puy en Velay.
Le moment où j’ai été le plus « saisie », c’est quand je me suis dis que toutes ces marches que j’avais gravies, des hommes les avaient affrontées avec sur le dos les pierres ayant servi à la construction de ce monument..

Tout en haut, après encore quelques marches, c’est la chapelle. Bien que sa tour soit impressionnante, elle n’est pas visitable, on ne peut qu’entrer dans le choeur de la chapelle.
C’est une toute petite chapelle, décorée de couleurs grâce à ses peintures, ses vitraux et à la roche. Globalement, les gens respectent l’injonction au silence dans ce lieu un peu hors du temps. Dommage qu’il n’y fasse pas plus frais !

La vue, côté statue de la vierge.

 

La Cascade de la Beaume.

C’est par elle qu’on a réellement commencé notre périple. Mais je « termine » là dessus parce que c’est vraiment mon coup de coeur.

Située à Solignac-sur-Loire, à 25 minutes du Puy-en-Velay, la Cascade de la Beaume offre un spectacle époustouflant (mais patience 😉 ). Mais avant ça, il faut garer sa voiture (on l’a garée au plus pratique, vers le Brignon). À partir de là, compter une dizaine-quinzaine de minutes pour arriver jusqu’à l’observatoire (30 si vous êtes avec moi et que j’ai mon appareil photo) : une petite construction en bois faisant office de balcon avec vue sur la cascade. Il y a également un banc pour s’assoir, car on peut arriver là soit par en haut, comme nous, soit par en bas, auquel cas se poser, c’est très appréciable.

Le chemin pour s’y rendre est suffisamment bien tracé pour n’avoir pas de doute quand à la route à suivre. On a eu une hésitation pour le cheminounet qui descendait depuis l’observatoire jusqu’au pied de la cascade, mais comme il y avait un gros panneau pour l’indiquer, on n’a pas hésité longtemps 😉
Le parcours est totalement sous bois donc il y fait relativement frais, et on peut croiser plein de trucs sympas : des champignons, des fleurs, des insectes, des papillons, des araignées, etc. Certains villages sont indiqués et on peut s’y rendre à pieds, mais là on bascule dans la randonnée. L’idéal à ce moment là, c’est de prévoir une journée complète, partir du village à pied le matin, aller à la cascade, y rester longuement, et repartir à pieds.

Et si je dis « y rester longuement », c’est parce qu’honnêtement, je ne voulais plus partir !!
Cela n’aurait pas été pour aller voir le Puy, je ne décollais plus xD J’ai du dire au moins deux cent fois à mon chéri « c’est beaaaaaau » « woaaaaaaw » et « j’adooooore ». C’était juste sublime ! Et ce qu’il pouvait faire frais arrivé au bord !! Comble de la chance et du bonheur, au pied de la cascade nous attendait un arc-en-ciel parsemé d’écume. Magnifique, je vous dis ! Le paradis !

Aller, avec les photos, petit lien vidéo (juste un aperçu visuel et sonore, vous n’aurez pas la chance d’être trempé au passage, dommage :p).

Donc voilà, on a fait la cascade, la vierge, le cloître et la cathédrale, la ville, le puy de lumière, le rocher de l’aiguilhe et… bah l’horloge est allée plus vite que nous !

Faute de temps, pour cette fois, nous avons renoncé à la visite du musée Crozatier et du jardin Henri Vinay, et à celle de la Forteresse de Polignac. Nous essaierons d’y retourner à l’occasion, en prévoyant une journée complète rien que pour la forteresse qui a l’air immense et va nécessiter de marcher quelque peu elle aussi !

À la place, nous sommes allés nous poser un instant au niveau du barrage de Brives-Charensac (pour jeter un oeil aux deux spots sensés accueillir des projections nocturnes) avant de repartir. C’était en journée, donc on savait qu’on ne verrait pas les éclairages, mais on s’imaginait bien que ça vaudrait un petit coup d’oeil quand même.

Si le coin médiathèque/barrage est sympathique sans plus, le vieux-pont est nettement plus intéressant – pour moi -, car à moitié en ruines (et j’aime les ruines, je trouve toujours ça très joli). On peut aller dessus pour profiter d’une vue agréable (cf. panorama ci-dessous), et le petit trajet piéton en bord de Loire, pour aller et venir jusqu’au barrage, m’a bien plu. En plus, c’était plat xD. De quoi finir tout en douceur notre petit périple en amoureux. Ou presque. On avait encore un dernier rendez-vous.


Nous avions réservé pour le dernier service de l’auberge-restaurant la Borie, à Glavenas, Saint Julien du Pinet. Parce que. Je ne mettrais qu’une appréciation rapide dessus : cadre calme et très joli, personnel adorable, et plats savoureux ! Ce n’est pas donné mais je pense que ça vaut son prix, si un jour vous avez envie de l’essayer, surtout n’hésitez pas !

Et là, nous sommes rentrés, heureux, repus, et bien fatigués.

C’était un weekend intense, sportif, plein de vieux souvenirs et de nouveaux, et vraiment génial ! Après avoir vu tant de jolies choses, je ne peux que vous recommander d’aller y faire un tour si l’occasion se présente à vous !

Voilà, c’est tout pour moi aujourd’hui !
À bientôt !

Leave a Reply