All Posts By

Seleyana MGraph

Bonne Année 2023 !

By | Dessins | No Comments

Bonsoir !

Ouiii je suis toujours là, quelque part !
Et il paraît qu’on a le droit pendant tout Janvier, alors je ne suis pas en retard pour vous le souhaiter !! Du coup :

Belle Année 2023 tout le monde !

Cette année, pour la toute première fois, je n’ai pas envoyé une seule carte de voeux. Pas le temps, et plus d’imprimante (ça fait plus d’un mois que je dois essayer de la réparer, mais pas le temps non plus !). J’ai quand même pris le temps de faire un gribouillis pour marquer le coup. Rien de fifou, mais le coeur y était.

Pour le détails de mes voeux, il suffit de reprendre ceux de l’an passé en modifiant les dates, ils n’ont pas changés !

Aller, je vous quitte pour cette fois-ci avec cette petite vidéo « incroyable » (non en fait, c’est juste moi qui me suis piqué un petit délire avec un jouet des filles parce que j’aime bien les oies mais fallait bien que je le mette quelque part )

Honk !

À bientôt =)

De Mars à Novembre x) Partie 4

By | Photos | 2 Comments

Et on termine le rattrapage par les quelques photos chapardées lors des sorties avec les filles, pendant que monsieur s’occupait de la poussette ! Il n’y en a que de l’Automne parce qu’avant ça, c’était trop compliqué de sortir, mais c’est toujours ça. Certaines ont été faites avec le téléphone car je n’avais pas mon appareil sur moi, dont la qualité n’est pas au rendez-vous. Même avec l’appareil, ce n’est pas forcément une réussite. Mine de rien, des mois sans pratiquer et la vue qui bouge encore, bah faire le point est moins évident, le regard est à ré-aiguiser, etc… Enfin, même si c’est moins joli dans l’ensemble, il y a quand même quelques photos que j’aime bien, et dans tous les cas, ça fait quand même des souvenirs ^^

Je mets le tout en vrac (mes préférées sont en ligne 2 et sur la dernière ligne), je n’ai pas vraiment de commentaire à faire, à part que ça me manquait beaucoup trop de sortir marcher et faire des photos, bon sang !!

Voilà, on a rattrapé toutes les créas (je pense). Il y aurait d’autres choses, mais je verrais ça plus tard… espérons que j’arrive à me maintenir à jour désormais (je promets rien).

Prenez soin de vous, et à tantôt !

De Mars à Novembre x) Partie 3

By | Dessins, Liens | No Comments

Cette fois-ci, on rattrape les dessins & réalisations en numérique. Ce devrait être rapide !

Déjà, je mets les liens vers les vidéos de réalisation de dessins, des fois que. J’essaie autant que possible d’enregistrer les ‘gros’ dessins, surtout si je les ai commencé en stream, en d’en faire des « timelaps » pour montrer leur création (souvent tâtonnante). Il y en a eu cinq nouveaux cette année, que voici :

Ensuite, les dessins & autres.
En premier, un petit design fait à l’arrache. Je prévoyais de m’en faire un t-shirt (parce que c’est fou comme le monde entier veut vous apprendre la vie – même si personne n’est sollicité – dès lors qu’on est enceinte ou qu’on devient parent !). Finalement je me suis dis que ça faisait cher la blague, mais j’aurais adoré montré mon t-shirt avec ça dessus chaque fois que quelqu’un se permettait de me dire quoi faire alors que j’avais rien demandé.

Ici, un essai en tons de gris pour imager le Vent. Pour illustrer un texte que j’avais fait dessus. C’est qu’en 2019 (j’en avais parlé vite fait déjà) j’avais initié un projet, et qu’il attend toujours… j’aimerais tant oser aller jusqu’au bout.. Enfin bref :

Un dessin de premier Mai et un essai juste comme ça :

Et des FanArts que j’ai pris un plaisir (et un temps) fou à faire.

RedFanny_ est une streameuse que j’aime bien, j’ai eu envie de la dessiner à force de la voir en live. Je recommande notamment son émission « Time Out » qui est très sympa.
Mariko, je ne la présente plus. Ce « Draw This In Your Style » a été proposé à l’occasion de ses 1500 abonnés sur Instagram et en prévision de la sortie de son album Fifistrelle (qui est adorable !).
Quant à Groonia, c’est une dessinatrice que j’ai découvert cette année et j’ai complètement craqué pour son univers hyper mignon.
Chaque fois, j’ai essayé de sortir de ma zone de confort, et de tenter des trucs, tout en restant dans mon univers. J’ignore si ça se voit ou non, mais je suis globalement contente des résultats malgré tout !

RedFanny_ Mariko (DTIYS) Groonia

Et puis, je crois bien que c’est tout..

Entre le manque de temps, et le fait que ma tablette semble arriver en fin de vie (obligée de la ré-installer complètement régulièrement sinon elle est inutilisable..), la production est limitée, forcément. Mais je suis contente d’avoir au moins pu faire ça. Voilà !

Plus que les photos, et on sera globalement à jour !
À bientôt ^^

De Mars à Novembre x) Partie 2

By | Dessins | No Comments

On continue avec les dessins ou réalisations tradis.
La plupart ont été fait aux premiers mois des filles (quand je restais à côté h24 même si elles dormaient), mais pas seulement.

D’abord, les planches peintes pour encadrer la table à langer des filles. Autant pour les occuper que pour les empêcher de chaparder joyeusement tout ce qui se trouve à côté (liniment, crèmes, etc). Sur le premier, des stickers étoiles phosphorescents, un holographique, un en papier miroir, et le reste peint à la main. Sur le second, des stickers de fleurs en reliefs, un de fée que j’avais récupéré, un de licorne que j’ai fait moi même (de mon propre dessin :p), un coeur découpé sur papier miroir, et un fond peint à la main. Rien de fifou mais je trouve le rendu sympa ! Ça les aura divertit quelques temps, maintenant ça les intéresse beaucoup moins ! Le deuxième panneau a d’ailleurs bien changé : les petits stickers de fleurs en relief ont été retirés par précaution, les gros avec la fleur & la coccinelle et le papillon ont été arrachés par les filles, la fée s’est fait couper les ailes et presque cassé les jambes, la licorne sera bientôt arrachée, il ne reste plus grand chose d’autre que le fond… x’)

Ensuite, les « Draw This In Your Style ». Toujours le même principe, on a un modèle de base et on doit le reproduire, plus ou moins fidèlement, dans son style à soi.
Celui pour Mariko (sur fond gris-bleuté), je l’ai transposé en numérique, je posterai le résultat plus tard ^^. Celui au feutre de Holly est une version finale. Les deux autres sont respectivement restés à l’état de brouillon et de tradi en style minimaliste.

Les dessins du carnet.
J’ai essayé d’alimenter un carnet en dessin les premiers mois, juste pour tenir le coup. Quand les filles dormaient, je m’installais à côté (ça semblait les apaiser), et je gribouillais quand je pouvais (souvent dormir était plus urgent..). J’ai donc fait quelques dessins dessus pour le plaisir de gribouiller notamment, mais pas seulement.

On a donc, une référence à une phrase dans le film Horton, deux dessins d’humeurs, une loutre à lunettes (demande d’un viewer de Yue qui a gagné le droit à un dessin, c’était ma participation à son giveaway), un fanart pour une copine de twitter, un fanart de Yue parce que j’ai eu envie, un essai d’esquisse de fanart de Krysthal qu’il faudra que je refasse, un essai de dessin pour Ninoche (« des chats » ou « un bord de mer », j’ai testé un mix mais je suis nulle en paysage) qui l’avait gagné lors d’un de mes giveaways, et idem pour Vinea (« un garçon en tenue ancienne avec des peluches de loups, un blanc un noir »).

Une carte d’anniversaire (où j’ai encore testé des trucs). Je crois que c’est la seule carte que j’aurais fait cette année..Un essai de Calligraphie pour une amie.


Et je crois qu’on a fait le tour pour le tradi. C’est pas ouf comme production, mais je suis contente d’avoir pu faire au moins ça !

Côté créations, il reste ce qui est numérique : dessins et photos. Je vais voir quand je peux poster ça et en combien de fois !

À très bientôt !

De Mars à Novembre x) Partie 1

By | Graphisme, Liens | No Comments

On commence le rattrapage.
Vais je réussir à me souvenir de tout même s’il n’y a pas eu grand chose ? Probablement pas ! Mais essayons tout de même x’)

Je commence par ce qui m’a le plus mis de baume au coeur : les commissions. Je n’en ai eu que 3, toutes sur ces deux derniers mois, mais c’est déjà génial.
On m’a demandée de créer plusieurs petites choses pour mon plus grand plaisir. Uniquement des choses que je n’avais encore jamais vraiment faites ! ^^ Chaque fois, c’était pour des streameuses & copines qui m’ont fait confiance, et ça fait tout chaud dans mon ptit coeur.

1/ Leia_Tortoise
Elle qui a passé commande de frames pour son avatar animé avec un cadre s’adaptant aux saisons. Une version simple, avec seulement 4 frames identiques (à l’exception du cadre) pour chaque, avec un cadre par saison et un pour l’anniversaire de la chaîne.
Je ne saurais dire combien j’apprécie de voir que mon travail est utilisé ! En plus, elle a eu l’air satisfaite donc je suis ravie ^^
Sa chaîne est par là pour les curieux·ses : https://www.twitch.tv/leia_tortoise.

2/ IGotYB
Petite licorne belge qui a demandé un set d’émotes personnalisées pour sa chaîne ! Il y en a une de plus (animée) qui ne figure pas ici. Pareil, mon travail est en usage et elle a eu l’air contente du résultat, alors je suis heureuse ! ^^
Sa chaîne est ici : https://www.twitch.tv/igotyb.

+EDIT+
Ah oui, y’a eu une demande de dessin aussi : une Licornasse (Licorne + Con****). Je ne sais pas encore à quoi elle est destinée, mais la voici :

3/ Tisla
Autre set d’émotes personnalisées pour la chouette Tisla. Elles ne sont pas encore en usage mais je pense que cela ne devrait pas tarder. Je n’avais jamais donné d’expression à des chouettes, c’est désormais chose faite !
Et sa chaîne est par là : https://www.twitch.tv/tisla.

Et pis voilà, c’est tout pour les demandes, mais c’est déjà pas mal !

Je suis contente car chaque fois, j’ai pu livrer rapidement le travail fourni. C’est un peu une fierté, parce qu’avec les deux bébés en non stop ou presque pendant six mois, il n’était pas gagné que je puisse honorer quoi que ce soit dans les temps, et pourtant je l’ai fait ! Et voir que certaines personnes placent leur confiance en moi, au moins pour essayer, ça me fait vraiment du bien car ça me fait faire autre chose, et ça commençait à me manquer !

Pour finir une petite esquisse exutoire pour le fun, et scannée à l’arrache, parce que ça a quand même été assez violent et radical comme changement dans ma vie :

J’essaie de poster les dessins et/ou photos la prochaine fois. Pareil y’a pas grand chose, mais y’a !
Mais là pour aujourd’hui c’est déjà bien.

Bonne soirée et à bientôt !

On reprend; un peu plus de 6 mois de montagnes russes déjà

By | Blabla / News, Photos | 2 Comments

J’ai eu un gros gros passage à vide.
Je crois que ça commence à aller mieux, même si les angoisses sont toujours là;
J’ai beaucoup hésité à poster tout ça. Et puis bon, je fais ce que je veux après tout.
Si j’ai eu besoin de l’écrire, c’est probablement pour une raison..
Je vous raconte ma vie, ce qui s’est passé jusque là, un peu méli mélo, mais rien ne vous oblige à lire;

Comme elles étaient en avance, tout a été un peu compliqué.

Entre prématurité pour elles, et césarienne pour moi, on ne s’est pas vraiment rencontrées tout de suite.
Trois minutes entre le moment où la docteure a dit « incision », et celui où elle a commencé à me recoudre. Un vague contact sur la joue entre les deux, et après, un regard en sortant de la salle d’opération, et puis plus rien pendant.. Je ne sais plus. Au moins les quelques heures passées en salle de réveil.. Je n’avais plus du tout la notion du temps, ni de rien… les premiers jours sont si flous.. Je les ai vues un peu le soir dans ma chambre, après transfusion de deux poches de sang qui m’ont permis de reprendre quelque peu mes esprits, petit à petit.

Outre ces moments, mes filles ont été directement en néonatalogie, et leur papa s’occupait d’elles dès qu’on l’appelait. Il restait à les veiller aussi de temps en temps, pour qu’elles ne soient pas seules là bas. Je ne l’ai pas beaucoup vu non plus au début. Cela me rassurait de le savoir à leurs côtés, et ça minimisait sûrement ce tsunami de culpabilité de ne pas pouvoir y être moi-même, mais en même temps, égoïstement, j’aurais voulu qu’il soit aussi aux miens un chouilla plus. Je me sentais si nulle, faible… il a fait ce qu’il a pu, je ne lui fais aucun reproche. Et puis, la situation aurait pu être tellement pire…
Ça a néanmoins été douloureux, moralement plus encore que physiquement. Ne pas avoir mes bébés près de moi de suite, ne pas être en mesure de faire quoi que ce soit – puis galérer à faire, coupée en deux par la douleur, quand j’allais les voir au bout du couloir. Honte et culpabilité planaient partout, entourées de doutes, de peurs… Je me sentais sans cesse vide, ‘seule’, et inutile. Incapable aussi. J’ai beaucoup pleuré quand personne ne regardait, et j’ai aussi craqué quelques fois le reste du temps, incapable de maintenir la façade en public, bien malgré moi.. Je me suis sentie jugée par certains personnels de santé, ignorée par d’autres. Rares sont celles qui m’ont offert un petit mot de réconfort. En temps normal, j’aime qu’on me fiche la paix. Là, j’aurais souhaité un tout petit peu plus d’accompagnement, de mots rassurants venant de personnes neutres… C’est fou ce qu’on peut être vulnérable parfois.. J’ai passé un sale moment dans cette maternité, mais au moins nous étions loin de tout le monde. Personne dans les proches n’est venu contempler mon affligeant spectacle, et c’est toujours ça. Je déteste qu’on me voit pleurer quand je sais que je devrais être heureuse… mais le Bonheur ne se commande pas.
Moi j’avais des années de pressions, de douleurs et de peurs qui tentaient de sortir en même temps que le plus grand chamboulement de ma vie qui se produisait en balayant absolument tout… et deux étoiles en bord de mémoire me procurant des émotions très contradictoires en filigrane sur tout le reste..

Heureusement, mes filles sont fortes. Elles ont bien fait leur part. Autonomie alimentaire et respiratoire dès le début, pas besoin de gros appareillage ! Merci à la docteure qui nous a recommandé les injections de corticoïdes pour forcer la maturation.. Nos petites guerrières ont atteint les 2kg juste avant la fin de mon propre séjour à l’hôpital : nous n’avons donc pas eu à rentrer sans elles à la maison ! Ça m’aurait anéantie je crois.
Le passage en néonat aura été relativement « soft » (même si ne minimisons pas : ça reste de la néonat). Douze jours d’hospitalisation pour mes fifilles au total, mais pas un n’aura été superflu ni pour elles, ni pour moi, le temps d’atterrir un minimum, doucement. Pour le reste, en respectivement 3 et 4 jours, elles ont pu commencer à réguler plutôt bien et seules leur température, au bout de 8 jours, elles avaient toutes les deux commencé à prendre du poids. Le reste mature tranquillement depuis, petit à petit. Elles ont un profil de bébé standard, parfaitement dans les courbes ! Des guerrières je vous dis.

Leur papa a été aux petits soins avec elles, et quand il avait encore assez d’énergie, avec moi aussi, entre deux allés-retour pour préparer leur arrivée, et acheter ce qui nous manquait.
La liste de maternité m’a semblé bien futile au final : bien des choses ne servent à rien, au moins les premiers temps, quand d’autres m’ont l’air essentielles et ne sont pas ou peu indiquées… et la « formation » est très limitée. D’ailleurs, une fois que le personnel a eu expliqué à Monsieur comment changer une couche et faire la toilette des filles, personne (sauf lui) n’a eu l’idée de me montrer à moi quand j’ai enfin pu participer… Enfin bref, heureusement que j’avais quelques notions préalables, parce que pour presque tout : on s’est débrouillés tous seuls, en fait.

La débrouille, finalement, c’est un peu le maître mot dans cette situation. Il y a beaucoup de choses qu’on ne nous dit pas, et il n’existe aucun mode d’emploi auquel se rattacher. La réponse à tout c’est un creux et sempiternel : « faites vous confiance, vous saurez« . * L – O – L *.
On a quand même posé des questions, insisté pour avoir des réponses plus concrètes, et on a bien fait, car on a fini par en obtenir quelques unes (notamment : comment moucher son bébé, genre pour tenter d’éviter une bronchiolite en cas de rhume.. au hasard hein)..
J’avais aussi des attentes suite à ce qu’on nous avait promis en choisissant cette mater, et j’ai été très, très déçue. Pas de peau à peau à l’hôpital notamment, quand on nous l’avait vendu comme limite essentiel pour des petits prémas. Pas de vraies explications pour savoir comment allaiter (juste pour utiliser le tire lait au final). Etc. On nous a balancé un livret théorique sur 2-3 trucs et basta. Chaque fois que je posais une question, j’avais l’impression d’être une emmerdeuse. Un plaisir..

Donc, la débrouille pour s’occuper des filles, mais aussi et surtout pour m’occuper de moi. Personne ne m’a réellement expliqué mes douleurs (ni essayé de vraiment m’aider avec), les précautions à prendre, ce qui m’attendait, etc. Les quelques réponses que j’ai pu avoir ont toutes variées d’une personne à l’autre. Sage femme, aide soignante, infirmière, etc.. Chacune sa version ou sa façon de ne pas répondre. Bref, j’ai découvert la plupart des trucs petit à petit.. parfois des mois après, complètement par hasard. Genre « il faut masser la cicatrice x fois par jour, tous les jours, comme ceci » trois mois après l’accouchement…
En fait, la gestion de la mère là où j’ai accouché, c’était néant. Heureusement qu’ils s’occupaient plutôt bien des bébés, parce que la mère, ils en avaient clairement rien à cirer. Leur seul point fort, c’est la chirurgienne (raison pour laquelle je suis allée là bas, sinon franchement je ne le voulais pas du tout) : un travail à priori impeccable au niveau de la cicatrice. Au début c’est hyper moche, mais depuis, c’est largement acceptable, même sans l’avoir massée comme il fallait, et c’est déjà une bonne chose (paraît qu’il faut essayer de positiver).

Je n’aime pas l’admettre, mais je n’allais pas bien du tout, et, par moment, ça ne va toujours pas fort.
J’étais heureuse d’avoir mes petits trésors bien vivants et bien portants avec moi (ou du moins pas loin), mais la fatigue, la douleur qui revenait sans cesse, le timing serré (j’y reviendrai), les hormones aussi il paraît, et puis la découverte qui nécessitait de s’apprivoiser doucement pour se (re)connaître/comprendre – ce qui a le don de me faire sentir incompétente -, les peurs au moindre truc.. ça pèse.

Une fois rentrés, mon chéri a pu être pas mal là avec moi (un mois, tout son son congé parter en fait, que sa boîte lui a reproché d’avoir pris en une fois et qui depuis tente de le lui faire payer #ambiance), mais nous ne pouvions pas sortir nous aérer le cerveau. Les puces devaient d’abord dépasser les 3 kg et/ou les 3 mois je crois… j’ai du mal à me souvenir, ma mémoire est en charpie. Même après ça, les recommandations sont d’éviter de sortir quand il fait trop chaud, trop froid, qu’il vente, et je sais plus… Bref, même après les 3kg quand elles les ont atteint, avec la canicule bah on restait un peu coincés, et vu le temps qu’il fallait passer à s’en occuper, on aurait fait ça quand de toute façon ? Puis il a repris le taff, et bah.. je vous fais pas un dessin.. mais déjà qu’à deux c’était galère, alors seule dans un état déplorable…
Donc pendant X mois, pas de sorties hors rdv médical. D’ailleurs, en voiture, les recommandations c’est 1h30 de trajet maximum, puis pause d’au moins 30 minutes. Autant dire que si on sort, même encore maintenant, on n’ira jamais bien loin ! On fera une exception en période de Noël sûrement, mais guère plus. Les vraies sorties, c’est pas avant longtemps. Je me contente des malgré tout bienvenues sorties de 30-40 minutes avec la poussette quand mon chéri est avec moi (parce que la logistique pour trimballer deux bébés de l’étage au RDC sans se payer une salve de hurlements, les mettre dans les cosy qui pèsent une tonne, puis balader la poussette qui pèse aussi une tonne déjà à vide dans des rues passantes: au secours. Déso pas déso, mais je n’ai pas la foi ni la force). Quant à faire venir du monde, vu qu’on ne maîtrise pas les horaires et qu’elles ont décidé de ne presque jamais dormir… bonjour la galère !
On a quand même eu quelques visites, dont une salutaire de mon frère, même si ça reste assez peu sur la durée (on a notamment pu avoir à manger pendant une semaine et faire des siestes ♥). On a limité quand même le nombres de personnes qui passaient, par prudence.

Car soyons honnêtes : avec le parcours du combattant qu’on a fait pour les avoir, les épreuves traversées, et le covid qui est toujours là (ignorés de tous ceux en bonne santé en détriment de ceux qui ne le sont pas ou sont vulnérables, ça me rend folle) et tout ça, on ne va pas sortir ni inviter beaucoup. On a même décidé de limiter grandement les visites et les contacts jusqu’à leurs six mois « en corrigé » (c’est à dire en prenant en compte leur avance, soit près d’un mois et demi de décalage donc jusqu’en 2023).. hors de question de les perdre. Elles sont encore si fragiles.. et je crève d’angoisse dès qu’elles toussent..
BREF. Pour le moment je suis donc pas mal « confinée » avec les filles. Première fois qu’être coincée chez moi me pose un réel soucis… le Printemps s’est fait sans moi, de même pour l’Été et là l’Automne.. mes balades me manquent (mais de toute façon, en l’état, je ne suis plus capable de marcher ou rester debout 4heures d’affilée), prendre des photos aussi.. mais même dans la maison : jouer me manque, lire me manque, écrire me manque(… Mais je n’ai tout simplement pas le temps) et le Silence me manque. J’ai droit à des cris en général dès que je quitte la pièce, voire même dès que je les quitte des yeux certains jours.. et je ne gère pas bien les cris. Du tout. Surtout à longueur de journée.

 

Concernant le ‘timing’, je détaille un peu : au début, toutes les 4h (donc 6 fois par 24h), nous réveillions les puces, même de nuit, pour les changer, nettoyer le cordon/nombril, leur donner à manger, et s’assurer que tout allait bien. Puis on est passés « à la demande », là cela pouvait être toutes les 2h, 3, 4, parfois on avait de la chance c’était 5 ou 6h, mais la quantité de biberon à donner était de plus en plus grande, et donc prenait de plus en plus de temps ce qui revenait presque au même.. Et elles sont toujours deux.
Nous aussi on est deux, mais c’était parfois difficile de faire en même temps, surtout lorsque l’un de nous, ou l’une d’elles, ne se réveillent pas immédiatement. Cela nous prenait toujours strict minimum 1h, et ça pouvait aller jusqu’à 2h30, voire plus si on rajoutait les bains ponctuels, pour faire un « round ».

Entre chaque session au début, il restait alors de 1 à 3h maximum (en moyenne 2H quoi). Puis on pouvait espérer avoir 4h de temps en temps. Alors on pourrait penser que ça fait beaucoup de « temps libre », mais en fait : pas du tout. Parce que c’est 4h pour faire à chaque fois : la vaisselle des biberons (on utilise les mêmes à chaque fois), nettoyer les tâches de caca/vomitos des vêtements (entre autres), les lessives au besoin, nos repas, notre toilette, faire la paperasse, gérer les stocks de couches/liniment/lait/etc. parce qu’on n’avait pas l’habitude de gérer ça, faire les courses, repérer ce qu’il nous manque comme équipement, garder le contact avec tous les proches, etc. Ranger la maison aussi, vu que tout s’est finalement fait dans la précipitation. Je ne vous raconte même pas le capharnaüm chez nous…

Bref, c’était déjà incroyablement court finalement quand on voulait dégager un chouilla de *vrai* temps libre ou réellement se reposer et DORMIR. À supposer qu’elles dorment pendant ce temps là sans se réveiller.. Car elles ne dormaient pas toujours pendant ce temps là (même si au début, elles dormaient beaucoup plus que maintenant) et elles pouvaient pleurer quand même (ennui, cauchemars, douleurs), il fallait donc rester très présents. Aujourd’hui, il le faut toujours : si elle nous font une sieste de 30 minutes trois fois dans la journée, on a déjà de la chance… Elles font « presque » leurs nuits, c’est à dire qu’elles ne prennent pas de repas entre 21h30 et 6h, mais elles s’endorment en général passé 23h et se réveillent hélas à cause des douleurs des dents ou de cauchemars plusieurs fois par la suite. Et bien sûr, si l’une d’elles se réveillent, elle réveille l’autre… enfin bref.
Tout le reste du temps où elles sont réveillées, il faut meubler.
Au début c’était mon désir d’être très présente pour elles, j’avais la phobie qu’elles se sentent seules ou pas aimées.. Je l’ai encore, mais moins. Et je me dis qu’il faut bien qu’elles apprennent l’autonomie aussi, sinon ce sera trop dur pour elles comme pour moi… Le soucis c’est que je n’ai pas réussi à ralentir. Le moindre cri/pleur, et je repartais à jouer pour qu’elles soient sereines et contentes… je ne faisais plus grand chose d’autre du coup.. Mais petit à petit, je dois avouer qu’après plusieurs mois des mêmes jeux/interactions non stop, à m’oublier totalement bien malgré moi, j’ai commencé à saturer, et l’équilibre que je souhaitais atteindre vers leurs 6 mois ne s’est jamais pointé… Maintenant, il y a certains jours, je n’ai plus envie du tout de jouer, et je ne le vis pas très bien… Toutefois, j’arrive à moins culpabiliser depuis qu’on m’a affirmé qu’au final, très peu de parents jouaient plus de 2h par jour avec leur enfant (parce que actuellement, c’est un peu mon max en cumulé)… Je continue à faire de mon mieux : les prendre avec moi presque partout, comme je peux, rester auprès d’elles dès que c’est possible, jouant quand j’en ai le ‘courage’, écoutant, les laissant faire sous un oeil attentif, intervenant si nécessaire, tentant de comprendre la source de leur détresse quand elles hurlent… sans céder à la mienne quand je ne trouve pas ce dont elles ont besoin. (Enfin, je cède en partie vu qu’il ne s’est pas passé beaucoup de journées depuis leur arrivée où je n’ai pas pleuré… Super la maman, hein ? ).

C’est ce qui me pèse le plus, je crois : leurs pleurs (plus encore que les miens)
N’importe qui qui pleure – même quelqu’un que je n’apprécie pas particulièrement -, et mon coeur finit par se serrer, et les larmes me montent en général vite aux yeux. Mais quand ce sont mes filles, c’est un déchirement sans nom. Je sais qu’elles communiquent ainsi. Elles « parlent » ainsi. Mais j’ai beau me le dire et me le répéter, une partie de moi continue de croire qu’elles me hurlent que je suis nulle, qu’elles me détestent de ne pas être mieux, qu’elles sont malheureuses…
Même sans cela, même les jours où je ne m’accable pas en pensées, je souffre de les entendre pleurer/hurler parce que ça reste du ‘bruit’ régulier voire continu et que, même avec les bouchons d’oreilles, ça me fait mal. Et je désespère quand trouver la source de leur mal-être m’échappe. Il y a tant de raisons possibles chaque fois.. Parce qu’elles ont fait un cauchemar, qu’elles ont mal, sont fatiguées, qu’elles s’ennuient ou qu’elles ont faim et que je tarde trop à intervenir ou préparer les biberons (compliqué surtout au début de toujours les nourrir en même temps, mais elles réclamaient ensemble et au final c’est plus rentable niveau temps, alors on a gardé ce rythme).. Il y a aussi ces hurlements quand on leur a mouché le nez parce qu’il le fallait, c’est juste horrible.. Et tous ces cris qu’on ne comprend pas, que rien n’apaise..

Je me suis sentie comme une sombre merde les premiers temps en continue, et maintenant encore par vague, même si j’ai pris un peu d’assurance depuis. C’est toujours très dur quand je n’ai pas pu dormir plus de 3-4h en cumulé pendant la nuit. Je suis assez vite submergée au final. Surtout quand les pleurs sont relativement inconsolables ou les cris trop rapprochés et prolongés.
Pourtant on a de la chance : elles ne pleurent ‘pas tant que ça‘. Faut dire que je suis là tout le temps, à m’escrimer à répondre. Je commence à moins y aller quand il n’y a à priori rien de sérieux, aussi dur que ce soit.. mais sans ça, elles ont besoin, et doivent, communiquer… Quand tout va bien, elles en sont au stade où elles poussent des cris de joie, mais bien stridents. Je les laisse faire, mais ça fatigue aussi quand même.. je m’inquiète de ne plus trop les entendre babiller à la place. J’ai toujours peur d’avoir raté quelque chose.. rien ne me paraît simple..

Jusqu’ici, temps et énergie ont été bien faiblards, et surtout ne sont plus à nous.. Je pensais qu’après l’accouchement, certaines choses iraient mieux de mon côté (douleurs/mobilité), et au final, c’était toujours pareil. Cela commençait à peine à aller mieux au bout de 2 longs mois, et j’en avais pour encore au moins 5 mois à en croire le personnel médical, soit dans mon cas : comme une seconde grossesse.. c’est long. Je me raccrochais à l’idée que ça ne pouvait que s’arranger. Preuve en était que je réduisais, lentement mais sûrement, les anti-douleurs. Sans ça je pense que j’aurais craqué plus souvent. La douleur de la grossesse/accouchement a finit par disparaître presque totalement (la cicatrice se manifeste parfois juste) au cours du troisième mois, remplacée par le retour de celles liées aux règles et ovulations (tiens, ça me manquait pas du tout ça !), aux migraines, et d’autres. Genre trois lombalgies en quatre mois et demi, des douleurs inexpliquées aux épaules et aux talons (dont médecin et kiné n’en ont absolument rien eu à f***** – on s’démerde, comme d’hab), etc. Le fait qu’elles soient plus espacées et non continues me permet de mieux les gérer, même si je m’en passerais bien.

Aussi, on nous avait promis des aides qui ne viendront probablement jamais, un suivi médical qui m’a semblé personnellement bâclé, et moultes autres choses encore. Beaucoup de petites déceptions et frustrations. La CAF qui devait nous aider (et nous permettre de voir si on pouvait demander une aide ponctuelle ne serait ce que pour le ménage le temps de prendre un rythme) en était encore à considérer que j’étais enceinte d’un seul enfant, comptant pour 0 dans le quotient familial (donc on avait droit à rien du tout). La paperasse de façon générale était à la ramasse et commence tout juste à se régler.. Cela et la douleur par dessus, ça use..
Grâce à ma mère, pour la fin d’année, on a pu embaucher une aide avec les filles. Quatre heures par semaine, elle vient s’en occuper pour que je puisse souffler. Enfin presque. Parce qu’on s’est fait avoir là dessus aussi, mais j’en reparlerai peut être un jour. Toujours est il qu’on prend ce qu’on peut, mais clairement après la période d’essai offerte par ma mère (merci à elle !), on ne renouvellera pas. J’ai une peur bleue de mettre les filles en crèche, mais il me faudra sans doute m’y résigner si je veux tenir le coup et les obliger à gérer la séparation et le social… enfin si on trouve une place quelque part..

À côté de ça, il y a eu la tentative d’allaitement en prime pour moi. Tirer le lait, ça m’épuisait. J’étais sensée le faire 6 fois par jour, mais impossible. C’était 20 à 45 minutes pour un tirage. Vingt minutes si j’arrivais à faire les deux à la fois (mais du coup les deux mains prises, impossible de m’occuper des filles même juste un peu) et 45 si je faisais l’un puis l’autre.. Même à l’hosto je n’ arrivais pas à le faire autant, alors à la maison…
De toute façon, avec la douleur, les angoisses et la fatigue, j’avais du mal à m’hydrater et m’alimenter. Du coup, mon corps galérait, et j’ignorais si j’allais pouvoir poursuivre le peu que j’arrivais à maintenir. La quantité ne cessait de diminuer, ce qui minait mon moral, du coup ça produisait moins, le bon cercle à la noix… Mon médecin n’arrêtait pas de répéter qu’il valait mieux arrêter, je me suis obstinée un temps, en sachant pertinemment que plus mon moral s’effondrait moins j’aurais de lait.. Petit à petit je me suis faite à l’idée qu’il allait falloir arrêter, parce que je n’y arrivais pas, essayant de me convaincre que chaque goutte de lait que j’aurais pu leur donner c’était déjà ça de pris.. J’aurais tant voulu pouvoir, pendant un an, offrir à mes bébés au moins un bib’ par jour de mon lait.. le seul qui ne leur donnait pas de crampes d’estomac/coliques.. À la maternité on m’avait tellement découragée que ma prétention avait chuté à 6 mois. Ensuite, quand j’en suis arrivée à leur donner à peine un quart de bib malgré tous mes efforts, et encore pas nécessairement tous les jours, j’ai renoncé la mort dans l’âme… j’aurais tenu trois mois moins trois jours. Je l’ai vécu comme un immense échec, même en sachant que j’ai fait mon maximum. J’en pleure encore parfois. C’était pas ce que je voulais.

En fait, jusqu’au bout : rien n’auras suivi le chemin que j’aurais aimé pouvoir emprunter… sauf elles.
Elles qui poussent bien et sont si choupinettes. Elles qui changent chaque jour, si vite.. Si ce n’était leurs deux frimousses, j’aurais sans doute déjà pété un câble..

Heureusement qu’un regard dans leurs grands yeux – autrefois nacrés et maintenant si vifs -, un petit sourire sur leur bouche de bébé encore sans dents, un éclat de rire innocent, une petite main toute douce qui se referme sur mon doigt… Ces merveilleux petits rien qui sont tellement tout, et on oublie un peu tout ça..
Elles rient, elles jouent. Elles sont en bonne santé. J’apprends à me dire que c’est déjà très beau, très chanceux.. Et j’essaie de savourer les moments où je suis à peu près en état, parce que tout passe horriblement vite, et surtout, oui : tout passe. Et les pleurs finiront par se tarir, les cris par s’apaiser, à mesure qu’elles vont grandir à nos côtés. Il y en aura d’autres, mais différents. Avec des mots, des possibilités de mieux se comprendre, mieux s’apprivoiser, s’adapter… Ce sera différent, et ça passera aussi. Et le temps filera toujours trop vite…

Alors on s’accroche, on fait ce qu’on peut, et on espère discrètement que ça suffira comme ça semble avoir suffit jusque là..

Bouleversement

By | Évènement | One Comment

Il faut bien commencer quelque part.
J’avais préparé ça, sans jamais le poster. Il est temps d’y remédier.

Elles sont arrivées, nos petites princesses guerrières..
Elles sont là toutes les deux.

Leurs petites frimousses et leurs voix comblent désormais chaque heure depuis le 12 Mai 2022.

C’est surréaliste, doux, épuisant.. un tout nouvel univers.

 

Ouh là…

By | Non classé | No Comments
Le dernier message date du 8 Mai 2022… On est juste le 27 Novembre..
J’ai peine à croire que je n’ai pas écrit dans ce blog depuis si longtemps !
J’ai commencé plein de messages pourtant, mais sans jamais les finir… Faute de temps.
Ah le Temps. Toujours lui !! Satané déroulé d’horloge..
Il passe beaucoup trop vite ! Et les trop rares moments que j’ai pour moi, je n’ai plus trop envie d’écrire, ou du moins plus comme avant. Il faut dire qu’en général ce n’est (hélas) jamais la priorité…
Enfin.. Je pourrais bavasser des heures sur ça, et ce n’est pas le sujet.
Il faudrait que je rattrape des mois entiers de news, de photos, de dessins, etc. Oh, il n’y en a pas tant que ça. Je dirais même qu’il y en a trop peu !
Je suis à peine sortie, une fois ou deux en famille, à laisser Monsieur balader la poussette pendant que je prenais des photos à la va-vite… et je n’ai que trop rarement eu l’occasion de gribouiller. Mais même avec ce « trop peu » , je ne sais pas si j’arriverais à me rappeler de tout.
Ma foi, je peux toujours essayer, à l’occasion, par-ci par là. Le plus compliqué, ce sera pour les nouvelles.. La description de mon état – que j’aimerais faire mais qui ne serait, en gros, qu’un long défilé de mornes plaintes -, les ‘bons moments’ où ma logorrhée est la même car je ne sais pas faire simple, les choses que j’aimerais d’ors et déjà écrire à mes filles pour plus tard, comme des lettres déposées sur le fil du temps…
J’aurais tant et tant à dire. Des kilomètres de texte à écrire. Tout m’a semblé si compliqué. Encore maintenant souvent..
Bref. Une chose à la fois.
Je vais tâcher de rattraper le temps perdu comme je peux, quand je peux, si je le peux.
Je ne sais pas combien de temps ça va me prendre, ni si je vais tout mettre, on verra bien.
Une chose est sûre : je n’abandonne pas ce blog. C’est mon petit univers à moi, et il m’est trop précieux.
Alors, à bientôt.
(ps: désolée pour les « -« , il semblerait qu’avec la dernière mise à jour, je ne puisse plus simplement sauter des lignes comme je le veux … super !)

Journal – Pavé de pensées vers demain

By | Blabla / News | 3 Comments

Nous y sommes presque.. dans quelques jours… Et pourtant je ne réalise toujours pas.

Il m’arrive encore de regarder mon ventre et de constater avec surprise sa taille, me souvenant d’un seul coup de ce qui se prépare : deux vies, à l’intérieur… C’est tellement fou… irréaliste, encore plus que tout le reste auparavant. J’ai du mal à vraiment croire que la semaine prochaine, deux bébés nous rejoindront dans « la vraie vie », et dont il faudra s’occuper du mieux possible..
Ils ne seront plus à l’intérieur de moi, protégés tant bien que mal – enfin, ont-il réellement déjà été à l’abri là dedans, avec tout ce qu’il s’est passé ?? Ils ont bien du mérite de s’être accrochés. C’est que ce sont déjà deux petits êtres bien battants, de vrais guerriers miniatures, mais ça reste si fragile, un humain, surtout au début…

J’aurais tant de projets, d’idées, d’espoirs… j’ai tant de doutes, de peurs, de questions… et pourtant aucune énergie pour m’y pencher dessus, là tout de suite. Le fait d’avoir passé si longtemps dans les problèmes de santé qui nous ont empêchés de nous projeter, nous n’avons rien préparé comme nous l’aurions souhaité. On a encore des choses à préparer, une pile monstrueuse de bouquins à lire, et j’en passe… Cela devra attendre encore un peu. On parera au plus urgent, celui qui arrive maintenant, presque immédiatement.

À vous, mes enfants à naître, petites âmes nouvelles…
j’ai à la fois hâte de vous rencontrer, et que les douleurs puissent cesser (remplacées par d’autres, probablement, pendant un temps), et infiniment peur de ne pas réussir à gérer…

J’ai déjà raté milles choses que j’aurais voulu faire pendant la grossesse. Pas seulement pour moi (comme des photos tous les mois de mon ventre), mais pour vous aussi. Vous chanter des chansons, vous faire écouter plein de musiques différentes, vous parler plus souvent, faire plus de session méditatives, créer vos premières peluches, vous choisir une tenue particulière… Hélas, entre deux asthénies et deux heures remplies de douleurs, je n’ai trouvé le temps que de vous observer faire remuer mon ventre, fascinée et incrédule… J’ai déjà laissé échapper trop de temps, d’occasions.. et je sais que ça risque d’arriver encore… M’en voudrez vous ?

Mes bébés. Vous m’apparaissez encore lointains. Petites choses invisibles, impalpables. Je n’ai pas réussi à déjà vous aimer aussi fort que je l’aurais souhaité, j’avais trop peur de vous perdre et de trop en souffrir, alors j’ai contenu, contrôlé, redirigé… J’ai ressenti l’amour et l’ai exprimé, mais c’était si loin de ce que ça aurait pu être, si je n’avais pas mis cette protection en place, ce mur de raison… et je sais qu’il me faudra travailler ce retrait pour le briser quand enfin on va se rencontrer, surtout en sachant que votre arrivée ne sera pas non plus celle dont j’avais rêvé.
Jusqu’au bout ou presque, j’ai cru qu’on échapperait à la « Néo-nat ». Apprendre l’inverse m’a tellement fait pleurer… Savoir que vous ne dormirez probablement pas à mes côtés dès la première nuit (et probablement plusieurs), qu’il faudra sans doute aller vous voir au bout du couloir dans une chambre de surveillance, que peut-être je vais vous voir avec des ‘câbles’ un peu partout sur votre peau.. et que votre Papa ne pourra peut-être pas être là, au moins pour les premières nuits. j’essaie de ne pas trop y penser, car ça m’est douloureux par avance..
Ma seule satisfaction au final, c’est d’avoir réussi à vous aimer, même trop peu, de façon inconditionnelle. C’est le point qui compte le plus pour moi actuellement, ce que je veux pouvoir vous apporter impérativement.
Vous n’avez rien fait pour me blesser, je n’ai juste pas eu de chance sur le trajet… et même si pour éviter d’admettre l’attachement déjà en cours, je vous appelais juste « mes bestioles », vous vous êtes accrochées. Je me sens pleine de gratitude pour cela, et je suis déjà si fière de vous..
Alors je ne vous en ai pas voulues de tout ce qui s’est mal passé, même quand j’ai eu peur que « vous » ne m’abandonniez. J’ai été révoltée, désespérée, fatiguée, oui mais je l’ai accepté sans vous le reprocher : j’ai gardé en tête que rien n’était de votre fait ou volonté, pas même les douleurs que vos mouvements ont pu provoquer.
Je n’aurais jamais imaginé que la grossesse me coûterait autant, à tous les niveaux, mais je n’ai pas perdu de vue que la faute n’en revenait à personne, et même lorsque je pleurais, j’arrivais à vouloir vous rassurer, à m’enquérir de votre bien-être, etc. Je sais qu’à l’avenir aussi, j’aurais des moments de colère, de détresse, et tant d’autres encore. Je sais que je vais perdre le contrôle de ma tête et parfois aussi de mon corps, mais je crois qu’il me sera possible de ne jamais le diriger contre vous… en tout cas, je ferai tout pour; Alors battez vous mes petits bouts. Ne lâchez rien. Continuer de vous développer du mieux possible, puis grandissez. Devenez deux merveilles sur pattes qui apprendront la vie avec nous. Car nous allons apprendre tous les quatre les uns des autres. Des leçons faciles, des difficiles.. Bon sang j’espère être à la hauteur.. j’ai tant de lacunes dans ce monde..

Je suis quelqu’un qui a besoin de beaucoup de silence, de solitude, et d’intimité. Je sais qu’à votre arrivée, il me faudra m’en passer grandement, voire totalement, pendant quelques mois à quelques années au moins.. C’est un sacrifice que j’étais prête à consentir pour vous rencontrer, mais je sais que cela me sera très difficile. Ce que j’ignore, c’est si j’en serai finalement capable… Je ne peux rien promettre d’autre que « je ferai de mon mieux ».

Je pensais en connaître déjà un bon rayon en douleurs et fatigue, mais cette grossesse n’a eu de cesse de me faire revenir sur cette idée. Les douleurs ont pu changer, l’intensité varier, mais bon sang, jamais je n’avais été aussi éprouvée… Cela ne s’arrête jamais… Je ne sais pas dans quel état d’épuisement moral et physique je serai pour vous accueillir…. Pardon par avance… Je risque fort de manquer de patience et de courage pour faire les choses comme je les avais rêvé…
On sera deux à s’épauler, se relever.. mais il y aura probablement des moments où on aura besoin de s’isoler pour récupérer sans vous blesser, ou le moins possible… On n’en sera pas fiers, on n’en abusera pas… mais je crois que c’est important d’être conscients de ça..

Pardonnez-moi, je ne veux pas non plus m’oublier pour vous. J’ai trop vu ce que cela donnait chez mes proches… J’ai pu sentir la frustration, le besoin de tout contrôler, le désespoir parfois, et la rancœur, bien souvent inconsciente comme le reste, mais le tout pouvant être dévastateur, pour la mère ou les enfants, lorsqu’ils refont surface. Parfois pour les deux, et leur lien ensemble..
Je ne veux ni tout porter seule, ni m’en délester sur vous ou sur votre Papa. Je veux faire de mon mieux, sans dissoudre mon moi dans le seul titre que j’aurais à vos yeux..

Je ne veux pas m’en vouloir, et je ne veux pas vous en vouloir, vous tenir pour responsable de cette pression que subissent (et se mettent) les mamans. Je veux être juste avec vous, et me sentir bien avec moi-même. Je veux créer un lien d’amour non terni par les attentes.. et pour cela il faudra bien qu’on réussisse à le créer malgré mes limitations, et les vôtres.

J’espère trouver le juste équilibre entre rester ma seule priorité comme si je n’étais pas maman, et tout vous sacrifier comme si je n’étais rien d’autre désormais.. Une balance de type « ce sera Vous chaque fois que possible, et moi chaque fois que nécessaire ». Je me doute qu’il y aura des ratés parfois, mais je ferais en sorte qu’ils soient les moins nombreux possibles.
Pour cela j’aurais besoin de pouvoir rester un minimum une femme qui écoute aussi ces propres besoins.. j’espère que cela vous apprendra également à respecter les vôtres au passage, et qu’on pourra, petit à petit, en discuter ensemble, à mesure que vous grandirez. Et puis heureusement, il y aura votre Papa pour m’aider avec tout ça.. Et parfois on ne sera pas d’accord, parce qu’il est déjà complètement gaga ( ☺ ! ), et qu’il reste un humain à part entière lui aussi, avec ses propres besoins & avis…

Il y a plein d’autres choses que je voulais vous écrire… sur moi, sur vous, sur ce qui semble nous attendre… sur ce monde à la fois incroyablement beau mais aussi détestablement fou… Mais ce n’est pas le moment, n’est-ce pas ? Pensons à autre chose… et mettons fin à ce blabla sans queue ni tête qui n’a nul endroit où aller.

La valise est presque bouclée.
Vos lits sont quasiment installés.

Non, nous ne sommes pas prêts. Personne ne l’est vraiment jamais.. Mais peu importe, après tout. Il faut bien un jour apprendre à improviser !

Quelques jours encore avant votre arrivée…

 

Des morceaux en bleu

By | Blabla / News, Dessins, Évènement, Liens, Poésie / Texte, Réflexions | 2 Comments


Le 2 avril 2022, ce sera la journée mondiale de sensibilisation à l’autisme. À l’occasion, la ville de Saint-Étienne organise une animation sur la place Jean Jaurès, en partenariat avec une dizaine d’associations tournées vers l’autisme, dont celle qui m’a permis d’obtenir un diagnostic. L’évènement porte un nom qui me plaît forcément : « tous en bleu« .

Sur le stand de l’association qui m’a accompagnée, il y aura une exposition visant à montrer des oeuvres créées par des personnes diagnostiquées.
Comme toute personne étant dans ce cas là (combien on était, aucune idée), j’ai été contactée pour ça. Je crois que je n’ai pas tout compris quand on m’a contactée : je n’ai proposé que trois dessins pour montrer « mon univers ». J’ai aussi envoyé un texte et deux photographies. J’aurais eu bien plus à montrer, mais je ne voulais pas submerger l’interlocuteur, donc je me suis forcée à sélectionner.
Texte et photos n’ont pas été retenus, mais il s’avère que les trois dessins, eux ont été retenu ! On m’a proposé de faire afficher un titre et une description, je n’ai choisi de ne faire apparaître que le titre. J’étais déjà très contente à l’idée que quelqu’un veuille exposer un peu mes gribouilles, quelle qu’en soit la raison… et puis j’ai réfléchi, juste comme ça, et j’ai réalisé que je n’expliquais pas si souvent mes dessins… sauf peut être ici, mais pas toujours.

+ EDIT DU 1er Avril + : exposition annulée. Forcément hein.. En ce moment, tous les petits évènements me tenant à coeur sont annulés ou reportés… é_è tant pis, c’est comme ça.. Je laisse mon article.. au moins mes dessins seront visibles ici, même si je ne parle jamais de mon blog à personne…

J’aime l’idée que les gens y voient un peu ce qu’ils veulent, qu’en regardant ils puissent ressentir librement les émotions qui leur conviennent même si ce ne sont pas celles qui m’ont animée au moment de la création ou que j’ai mise en intention dedans.
Pourtant, là, je me dis « pourquoi pas ? ». Pourquoi ne pas, pour une fois, ici sur mon petit blog à moi, expliquer un peu ce qui me passait par la tête quand j’ai fait ces oeuvres que j’ai sélectionnées… Et puis ce sera l’occasion de reposter un peu certain dessins qui m’ont tenu à coeur.

(cliquez sur les titres pour afficher/masquer)
Premier dessin sélectionné : Dépression.

Deuxième dessin sélectionné : La pirate (en moi).

Troisième dessin sélectionné : Ouvre ton coeur.

S’il y avait eu d’autres dessins.

Si j’avais su que je pouvais en proposer plus de trois (si j’avais compris qu’il fallait envoyer tous les candidats et pas juste une sélection drastique montrant le genre d’œuvres réalisées), j’aurais tapé dans les dessins que je vais montrer là.

Une plume sur le coeur.

Au coeur du silence et l’Envol

La porte silencieuse ou « worLds » (: les mots sont des portes)

« Early morning » (Tôt le matin) ou « Fading in the Rain » (Se fondre dans la pluie)

La fée du lac

« Spring Moon » (Asperger)

Et voilà..
Peut être que des explications sont redondantes. Peut être que certaines creusent un peu plus que je ne le fais habituellement, ou complètent ce que j’avais déjà pu dire dessus. Quoi qu’il en soit, j’ai essayé d’expliquer quelques dessins importants pour moi. C’est un peu compliqué d’autant que j’ai du mal à me concentrer, surtout les derniers temps, mais j’espère que c’était compréhensible et intéressant (désolée s’il y a des fautes, je n’ai pas le courage de me relire !)… Quoi qu’il en soit, j’aime bien l’idée que mes dessins seront probablement affiché au stand. Si j’arrive à marcher, j’essaierai peut être d’aller les voir et de voir les œuvres des autres aussi.. On verra !

Bonne journée, à bientôt.