Monthly Archives

juin 2021

Des Bouquins et du blabla ^^

By | Blabla, Pub | No Comments

Cette année encore, je suis en retard sur plein de trucs, mais je vais essayer de rattraper certaines choses =) Alors « mieux vaut tard que jamais », aujourd’hui, je vous parle de mes « derniers livres réceptionnés » en cette première moitié d’année pour mon plus grand bonheur !

Bon, j’en ai toujours trois à finir, dont un pour lequel je rechigne à lire les toutes dernières pages (ça veut dire qu’après, c’est fini, et je ne suis pas prête >-<), mais là c’est un peu différent, ce sont des ouvrages « autres » qui se lisent vite.

Et comme présentement, je suis d’humeur assez volubile, attendez vous à un pavé sur pourquoi j’ai pris ces livres.

1) Maliki Blog 3
Ce n’est pas une nouveauté ici. Je suis fan de Maliki depuis fin 2004 début 2005 ! Avec ses (presque-)premiers strips en 3 ou 4 cases où on avait encore le même niveau en dessin (maintenant je suis à des années lumières derrière lui) et où je pensais encore avoir enfin trouvé une fille qui pensait un peu comme moi (je me suis sentie tellement stupide le jour où j’ai compris que l’auteur était un garçon xD). – Comme j’évite d’acheter à la légère, et que je ne suis pas riche, pendant longtemps je n’ai pas pu le soutenir…
Ces dernières années, grâce à Ulule, après des années de soutien purement psychologique, j’ai finalement pu apporter ma goutte d’eau à l’océan de soutien lors des campagnes qu’il a lancées. Des tas de Bds de son Blog dans un livre ! J’ai pu être présente pour le « Maliki Blog 1 » et pour le 2, il était évident que je ferai en sorte d’être là pour le 3 également ! J’ai pratiquement fini de grandir avec Maliki, alors ces livres là ont un sens, une valeur particulière pour moi. De plus, Maliki n’a pas lésiné sur la qualité, ils sont beaux, doux (!), agréables à prendre en main… Je suis ravie de les avoir =)

Avec le livre, il y avait des goodies. Je n’en raffole pas plus que ça en général, mais je suis toujours fan des marque-pages, et j’aime beaucoup l’ex-libris (qui servira lui aussi de marque-page, tout comme la carte postale !). Le lenticulaire dormira sans doute dans une boîte, avec le Pin’s que j’ai trop peur d’abîmer.
Il y avait aussi dans les goodies… des graines ♥ ! L’idée me plaît beaucoup ! Hélas, n’ayant pas du tout la main verte, je n’ai pas encore osé les semer.. J’ai trop peur que ça ne marche pas, ou que la plante finisse par mourir, comme toutes celles que j’ai pu adopter auparavant.. :'(

J’ai naturellement pris une photo de mon butin lorsque je l’ai reçu (j’ai bien cru que je ne l’aurais jamais, le premier colis s’étant perdu ! Mais Mali & Becky m’en ont renvoyé un – et celui là croyez moi je l’ai guetté !).

2) Yuumei’s Artbook

Yuumei, c’est un peu une longue histoire de plus.
Je l’ai découverte vers 2006, avec un FanArt de Kaoru (de Evangelion) il me semble. En 2008, j’ai commencé à suivre son DeviantArt où j’ai pu découvrir plus d’artistes. Avec Pascal Campion, elle a été l’une des raisons qui m’ont poussé à créer un compte DeviantArt.

Elle a son style bien à elle qui s’est affiné et prononcé au fil des ans, et qui m’a toujours attirée. Je lui trouve un côté aérien, pur, vrai..
Et j’apprécie cette inconnue qui dessine, même en ne sachant pratiquement rien d’elle, du moins, rien d’autre que ses dessins et ses campagnes caritatives. Je ne lis pas toujours ses news, et je ne creuse pas (c’est pas tellement mon truc). Je me retrouve pas mal dans son Amour pour la Nature, et la profonde éco-anxiété qui ressort de nombre de ses oeuvres; dans l’alternance d’Espoir et de Désespoir que je ressens dans ses dessins […]. J’ai fini par tomber amoureuse de certaines de ses oeuvres… Je ne saurais que trop vous conseiller d’aller jeter un oeil sur ses créations. Il est immensément ardu de me limiter, mais je vous en mets 4 de mes nombreuses favorites ici :

*1* *2* *3* *4*
Liens vers des oeuvres de Yuumei.

Alors inutile de dire que, quand j’ai vu passer le Kickstarter pour son Artbook… j’ai foncé ! Et j’ai guetté ma boîte aux lettres. Entre les soucis de livraison qu’on a pu avoir avec notre adresse qui « n’existe pas » (d’après mon facteur), la difficulté d’acheminement des colis en période Covid et tout le tsoin-tsoin, je n’étais pas rassurée du tout (d’autant que la plateforme l’avait envoyé à mon pseudo et non mon nom alors que j’avais bien rempli le questionnaire, GG les gars xD). Bref, je l’ai reçu, et je suis super contente ! Il était livré avec quelques cartes postales et un maque-page (♥) ainsi que quelques stickers (qui serviront de marque-pages aussi ! x) ). Le livre est hyper beau, et nombre des œuvres que j’affectionne sont bien à l’intérieur ! La photo ne lui rend toutefois vraiment pas honneur :

3) Ressac de Digleee

C’est le premier livre de Diglee que j’achète. Et pourtant elle aussi, je la suis depuis un moment déjà ! Toute une histoire encore..
En 2008, je créais mon blog bd, les « Balbutiements Gribouillés« . J’en suivais quelques uns à l’époque, des blogs bds (je devais bien avoir une quarantaine de marque-pages dans le dossier concerné), avec plus ou moins d’assiduité, et j’avais déjà vu le sien passer sans trop m’y arrêter. Peu après avoir mis mon propre pied dans cet univers, il y eut l’évent « Mon Beau Sapin » initié par Pénélope Bagieu, qui m’a fait prendre le temps de m’y arrêter un peu plus, et j’ai commencé à suivre Diglee sur je ne sais quelle impulsion – Probablement suite à son dessin où elle va au magasin acheter uniquement des serviettes hygiéniques et où elle y va la tête haute histoire de rester « Cool ».
Donc 2008, je commence à suivre Diglee. Son univers est alors très ‘girly’ & ‘fashion’, et donc bien loin du mien, mais il m’intrigue, m’intéresse, et surtout, j’aime ses dessins qui font très « frais ». Je n’ai jamais cessé de la suivre, mais petit à petit, j’ai été moins assidue, j’aimais toujours, mais je passais par des périodes qui me détachaient d’un peu tout. Jusqu’au moment où, je ne sais plus en quelle année, Diglee change. Et je la redécouvre. J’ai l’impression que tout a changé plus ou moins vite : sa façon de s’exprimer avec ‘nous’, ses partages, ses combats et ses dessins, et lire cette expression de qui elle est – se libérant de ce qu’on en attendait – me plaît. J’en viens à concevoir de l’affection pour cette personne que je ne connais pas.
J’ai failli acheter ses ouvrages plus d’une fois, mais évitant autant que possible les dépenses dont je peux me passer, je m’abstiens. J’attends le bon moment, le bon livre. Je sais qu’il va sortir, un jour… Cette année, quand elle a annoncé qu’elle allait sortir un livre sur quelque chose de personnel « qui avait besoin de sortir d’elle« , qui n’entrait pas dans les cases, en somme un ouvrage où elle serait pleinement elle, j’ai su que c’était ce livre là d’elle que je voulais, et je l’ai précommandé directement.

Je l’ai reçu et dévoré.
Nos univers sont toujours lointains, et pourtant incroyablement proches. Ses lectures sont différentes des miennes, plus intellectuelles et intimistes, plus ‘sauvages’ aussi peut être (J’ai du mal à m’exprimer, et ne saurais réellement les qualifier, ne les connaissant que par l’idée que je m’en fais quand elle en parle). Elle aime l' »astrologie » et les jeux de « miroirs », croit au tarot et à certains ésotérismes – ce genre de choses qui m’intriguent sans franchement nécessairement m’attirer. Elle se passionne pour des vies dont je ne sais rien, et dont je n’ai qu’une vague curiosité – paresseuse et limitée – que je ne dois qu’à sa façon enthousiasmée de les évoquer… Je partage au mieux son affection pour les « signes » envoyés par la Vie. Pourtant; nous partageons – dans une moindre mesure au moins – des choses essentielles. L’attirance pour la mer, l’air, la Nature… l’Art même du Monde. Les affres du Doute, et comme tout le monde des blessures. L’envie d’y croire aussi – bien que plus forte et inspirante chez elle que chez moi. Et puis, nous sommes Femme toutes les deux.. Deux galaxies voisines qui s’échangent des comètes, en somme.

Son livre parle de ses quelques jours de retraite dans une abbaye, en Bretagne. Voilà des années que mon cœur me crie qu’il aimerait tenter ce genre de choses, ce pendant que ma tête est convaincue que jamais je n’oserai. J’ai vécu une grande majorité de ma vie par procuration. Les jeux, les livres… J’ai appris et vécu au travers d’eux, ils m’ont aidée à combler nombre de gouffres… Je me suis dit que, peut être ce manque là, son ouvrage me le panserait de la même façon, et c’est en partie ce qu’il a fait.
Le parcours est au final très accéléré, mais l’ouvrage se lit bien, les mots y coulent… Un seul passage m’a un peu perturbée n’étant pas habituée au sujet, mais rien de choquant. Comme tout bon livre qui se respecte, je n’ai pas vu de lignes, mais des images et des couleurs. J’ai longé avec elle les couloirs et les bords de mer. J’étais assise au café avec elle.. C’est comme si, à retardement et en partie, mes pores s’étaient connectés aux siens.. comme si j’avais pu, moi aussi, vivre un peu de cette retraite. Plus d’une fois, mon cœur s’est serré ou a brillé pour le sien. Cette inconnue qui n’a qu’égrené des parts d’elle au fil du temps sur son blog, m’a été pour le temps de ce livre, à minima une copine. Elle m’a fait sourire, et elle m’a fait pleurer. Je songe à relire d’ici quelques mois pour mieux m’en imprégner avec du recul, mais j’ai vraiment aimé. Alors bravo Diglee, et courage pour la suite !


Voilà !

Et après deux ans de difficulté à lire, j’ai l’impression de renouer un peu avec cet univers. Certaines choses semblent petit à petit se débloquer à ce niveau là.

J’ai également un nouveau livre qui a rejoint ma pile « à lire », en passant directement au sommet de celle-ci !
Il était sur ma wishlist depuis pas mal de temps déjà.. C’est sur un sujet qui me tient à coeur, qui me hante depuis quelques années, et plus intensément depuis ces deux dernières.. Il m’a été offert par une personne dont je ne m’attendais pas à ce qu’elle l’ait lu, ni qu’elle se soit intéressée au dit sujet (une très bonne surprise d’ailleurs). J’en suis actuellement à peu près à la moitié de la lecture, il se lit bien. J’ai déjà pas mal réagit en le lisant, et pas par empathie seulement. Mais j’en reparlerai très certainement sur le blog un jour, quand je m’en sentirai. En tout cas, sachez que je ne suis définitivement pas prête de m’ennuyer !

Et vous, vous lisez des ouvrages en ce moment ?

C’est tout pour cette fois-ci ! À bientôt !

Les ponts

By | Poésie, Réflexions | 4 Comments

Du bord de ce moi-même épuisé, je contemple les ponts que j’ai pu créer..

Ceux qui me sont devenus trop étriqués, et qu’il me faudrait modifier. J’ai grandi, et le monde -comme moi- a changé.
Ceux que les éléments ont bien usés, et qui menacent de céder si rien n’est fait. En suspens dans le temps, et pour lesquels il faut statuer : les réparer ou les abandonner.
Ceux qui ont brûlé, et ceux qui se sont écroulés. Ces ponts détruits sans réelle contrariété, parfois par ma main trop blessée, parfois par ceux avec qui je les partageais..
Ceux qu’on a rasés, ou laissé être emportés, mais à regret, parce qu’on comprenait le besoin de liberté, ou d’évoluer, d’oublier. Leurs ruines seulement partiellement immergées..
Ceux recouverts de brume, tous différents, que l’on n’ose plus traverser, car on ignore qui peut bien être encore de l’autre côté. Les regarder nous rend parfois apeurés, ou nous fait espérer. Choisir – d’attendre de le voir tomber si on est incapable de décider -, de le faire sauter pour s’en libérer, ou quelques fois, de prendre son courage et aller vérifier – par amour du souvenir qu’on en avait -.
Ceux qu’on a rebâtis, ou du moins, on a essayé. Qui ont parfois un drôle d’air ainsi rafistolés, qui peuvent manquer un brin de solidité, mais ça viendra peut-être une fois peaufinés, et alors ils seront tellement plus adaptés que ce qu’ils étaient.
Et puis bien sûr, il y a ces ponts qui n’ont jamais bougé, ils étaient déjà parfaits, immuables et sûrs depuis tant et tant d’années.

Toutes ces façons de construire quelque chose pour se relier, toutes ces couleurs -parfois surprenantes- que l’on découvre sur le trajet… celui pour aller de “l’autre côté”, “rencontrer”.

La vie n’est pas un long fleuve, tranquille et satiné. C’est une succession de rives, subtiles et bigarrées.