Category

Geekerie

L’interlude Geek #4 : La Saga The Witcher

By | Dessins, Geekerie | 2 Comments


Parlons jeux vidéos aujourd’hui ! Avec une saga que j’apprécie personnellement vraiment beaucoup (principalement grâce à la sortie de son troisième opus en fait) : la saga des « The Witcher ».

Il s’agit d’une trilogie de RPG « médiéval fantastique » basée sur les romans d’Andrzej Sapkowski dont je vous ai parlé dans un précédent article. Ils sont sortis en 2007, 2011 et 2015 et ont pour titres respectifs « The Witcher », « The Witcher II – Assassins of Kings » et « The Witcher III – Wild Hunt ». Chaque opus a eu sa propre petite histoire et son type de gameplay, etc. Donc je vais parler un peu des trois et donner mon avis et mon ressenti personnel (donc qui n’engage que moi une fois de plus) dessus – En faisant bien attention de ne rien spoiler – ou le moins possible – pour ceux qui voudraient découvrir cet univers ! –

J’ai découvert le premier volet à la sortie du troisième ! En fait, j’ai découvert la saga avec Wild Hunt grâce au frangin (merci frangin ❤), et j’ai eu envie de jouer depuis le début pour avoir toutes les informations possibles. Il faut savoir qu’en réalité, jouer aux volets précédents, c’est comme avoir lu les livres, ce n’est pas réellement requis pour profiter de ceux d’après, mais tout de même, pouvoir comprendre les références et associer des infos précises à un nom ou un visage etc., c’est quand même vachement plus sympa (surtout si comme moi, vous aimez toujours tout comprendre et savoir). Évènements, personnages, les références aux livres sont extrêmement nombreuses dans les jeux, et on en compte quelques unes également entre les jeux. Donc sans être obligatoire, je vous encourage quand même vivement à tout expérimenter si vous le pouvez.

Petit mot rapide sur des trucs cools et utiles qui seront présents dans les trois jeux. On aura la possibilité de récolter des ingrédients (ou d’en acheter) et de faire de l’alchimie. On pourra choisir des compétences pour notre personnage. Et on pourra utiliser des « signes » de magie. Je ne m’étendrais pas dessus, mais ce sont trois points intéressants qui agrémentent bien les jeux (mais comme ça, je ne le dis qu’une seule fois :p).

Aparté : Transition entre les livres et les jeux. (⚠️ Méga SPOIL cliquez pour afficher ou masquer)

Eskel. Un autre sorceleur que l’on croise un peu dans le 1 et un peu plus dans le 3, et probablement l’un des personnages les plus charismatiques à mes yeux.

Cliquez sur les titres pour dérouler le texte – nécessite javascript.

The Witcher.

The Witcher 2 – Assassins of Kings.

The Witcher 3 – Wild Hunt.

Géralt & Yennefer. Un lien qui s’est construit au fil de (trop) nombreuses épreuves…

Aparté  2 : Sur les romances dans les jeux et sur Yennefer. (⚠️ SPOIL)

Conclusion sur la saga des jeux The Witcher :

Et bien c’est une bonne saga. En tout cas, une saga qui s’est incroyablement améliorée au fil des jeux à tous les niveaux, et qui dans son dernier opus est hyper prenante. Elle respecte globalement très bien l’univers dont elle est issue, et l’enrichit. Elle joue, je dirais avec brio, avec le matériau d’origine, et j’ai apprécié l’aventure globale (surtout le dernier jeu, vraiment de vraiment, j’étais à fond !). Je trouve à titre personnel que c’est une suite et une conclusion géniale aux livres dont la fin, certes plus ‘ouverte’, était finalement assez limitée et ‘triste’ (c’était un happy end en demi-teinte).

Autant les deux premiers opus sont corrects et intéressants mais assez ‘oubliables’, autant il faut jouer au moins à ce dernier volet (si vous n’avez pas peur de louper des références, sinon vous pouvez lire les bouquins surtout).  C’est un must-have. ♥

Je crois qu’en termes d’heures de jeu, The Witcher 3 est en train de pulvériser mes records, que ce soit sur Skyrim, Fallout ou Mass Effect… Je passe un temps de malade dessus, ne serait-ce qu’à me balader dedans tant le jeu est beau !
Bien qu’elle ne joue pas réellement dans la même cours, la saga The Witcher (3) a très largement détrôné les Dishonored dans mon petit coeur, et c’est uniquement parce que je prends en compte les deux premiers en plus du troisième opus que mon top 3 de jeux favoris est flouté. Avec Mass Effect et les Dragon Age, les The Witcher sont des perles ! Le dernier jeu est magistral. Il n’y a rien à jeter dedans, je suis vraiment très fan ! Je suis presque hyper triste que ce soit fini, et je ne peux que le recommander à tout fan de RPG et de médiéval-fantasy.

 

L’interlude Geek #3 : La saga Dragon Age

By | Dessins, Geekerie | 4 Comments

Un nouvel article spécial jeux vidéo pour parler d’une Série de Jeux que j’ai adorée : la Saga « Dragon Age » !

Cette série comporte actuellement trois jeux de base : Dragon Age Origins (dit DAO), Dragon Age II (DA2), et Dragon Age Inquisition (DAi). Je vais parler un peu de la saga entière, un peu de chaque jeu, et principalement dans la mesure de mes souvenirs car hélas, je n’avais pas joué depuis longtemps (j’ai « un peu » tardé à faire l’article xD), du coup, je commence à oublier des trucs (mais je me remets à DAI là ^^). x)

En guise d’illustrations pour cet article, je mets des fanarts que j’ai fait autour de DA2 et un de DAI. Un mot rapide sur ceux-ci avant d’entrer dans le vif du sujet : ceux de DA2 ont été faits ce printemps. Je devais les reprendre pour en corriger les moultes erreurs, mais je n’ai jamais pris le temps de le faire, alors ils vont rester en l’état.
J’ai dessiné les romances de DA2 que j’ai bien aimées : des romances dites « amicales » avec Fenris, Isabela, et Anders, et une romance dite « rivale » avec Anders.
Kesako tout ça ? Je vous en parlerais un peu plus bas, dans la partie consacrée à DA2.
Concernant celui de DAI, il s’agit de la romance avec Dorian, car j’ai trouvé ce personnage très touchant au fur et à mesure que je le découvrais, même si ce n’est pas pour autant ma romance préférée (je serais bien en peine d’en choisir une…) Mais c’est le seul brouillon ‘potable’ que j’avais fait sur Inquisition donc voilà, je l’ai fini pour voir, et comme il est fait, je le mettrai en fin d’article.
Et pourquoi pas des fanarts autour des autres jeux/romance Dragon Age ? Parce que je n’ai jamais achevé un seul brouillon pour les autres, n’étant jamais satisfaite de mes gribouilles, malgré de nombreuses tentatives. Je ne désespère pas de rattraper ça un jour, mais ce n’est pas le sujet du jour (enfin pas tout à fait).

Romance amicale avec Fenris

Romance amicale avec Isabela

Romance rivale avec Anders

Romance amicale avec Anders

Je n’ai pas réussi à faire court ( en réalité j’ai même encore écrit des « pavés » de texte..), pourtant j’avais essayé ! Donc bref, du coup, pour que ce soit plus lisible, je vais rendre les titres de parties « cliquables » afin que le texte se déroule à la demande, et qu’il soit caché en temps normal, ce sera plus léger à la visualisation (en revanche, attention : cela nécessite javascript, donc autant ça ne marchera pas chez tout le monde). ^^’

La découverte

Un mot sur la Saga

 
Dragon Age Origins

Dragon Age 2

Dragon Age Inquisition

 

 
Bilan Global

Cette saga est clairement intéressante et garantie des jours de bons moments à jouer. S’il ne fallait en garder qu’un, après une longue et douloureuse hésitation, je garderai le premier : Dragon Age Origins. C’est peut-être de mon point de vue le plus poussé niveau scénario & possibilités, mais chaque opus a son charme et contribue à donner vie et solidité à tout l’Univers de Thédas. Il y a vraiment du soin qui a été apporté aux jeux, à leur évolution, à l’immersion du joueur, aux défis rencontrés, etc. Si je devais mettre des notes sur 20, là tout de suite, je dirais 18.5 pour DAO, 15 pour DA2, et 17 pour DAI. Personnellement, j’attends une suite avec plaisir. Si vous êtes fan de RPG et/ou d’univers médiéval fantastique, des choix qui ont un impact, et d’aventures, cette saga est probablement faite pour vous ! ^^
Pour en savoir plus et trouver des soluces ou astuces, je vous recommande le site en français « Dragon Age Univers« , mais le mieux si vous souhaitez vous faire une idée, c’est d’essayer 😉

Voilà voilà. Bonne journée, et à bientôt =)

La Pause Lecture : La saga du Sorceleur

By | Blabla, Geekerie | No Comments

Aujourd’hui, un article sur la saga de livres du « Sorceleur » d’Andrzej Sapkowski, en 7 volumes.
Je n’ai pas souvent l’occasion de reprendre mes travers de bibliophage, mais j’ai fait une petite rechute dernièrement avec cette série, et cela m’a donné envie de donner rapidement mon avis dessus – avec des apartés et peut être des digressions ^^.

Les péripéties détaillées dans les livres constituent le matériau de base des jeux vidéos « The Witcher » – et je pense vraiment que j’en parlerai un jour ici car j’ai aimé y jouer, surtout le trois (dont je trouve au final qu’il utilise avec brio cette base pour lui offrir une véritable fin assez épique) -. Étant devenue fan de cette trilogie de jeux, j’ai donc voulu en connaître les origines, et me voici devant les livres de Sapkowski, ne sachant pas franchement à quoi m’attendre . . . et bien je n’ai pas été déçue ^^

L’ensemble se compose de « nouvelles » puis d’évènements tournant autour des aventures de Géralt de Riv, Sorceleur de son état : c’est à dire un ‘mutant’, dont la tâche est de protéger les humains des « monstres » qui ont envahit le monde au cours d’un évènement appelé « La Conjonction des Sphères ». Mais au fil des rencontres, c’est toute une Destinée qui va se présenter à lui …
NB : Bien qu’il soit le « héro » de l’Histoire et que tout semble tourner autour de lui, ce n’est pas totalement « son » histoire, mais bien celle de sa ‘Destinée’, car c’est cette dernière qui pourra sauver le monde, et non le sorceleur, ce que je trouve assez intéressant : ses actes ont une influence sur la vie de cette personne, mais au final, c’est toujours Elle qui sera l’élément clé du Futur.

La lecture peut dérouter au départ car il s’agit d’un récit d’aspect « décousu ».
En effet, les différents évènements décris ne se suivent pas toujours, mais sont souvent entremêlés, dans le temps et dans l’espace, et dont le point « central » varie de temps à autre, s’intéressant à l’un ou l’autre des personnages, ou à un quidam ayant ou non un rôle important à jouer.
Aparté : Ce dernier point m’a un peu agacée dans le dernier tome où je voyais la fin du livre se profiler et où l’auteur s’attachait à suivre des personnages dont je n’avais, personnellement, rien à faire. Heureusement, les lignes ne se sont pas interrompues avant de m’avoir offert la version originale du pogrom de Rivie, et j’espérais bien que la série irait jusque là car le premier jeu débute en fin de compte relativement peu après cette fin du tome 7. Le second jeu, lui, me semble quelque peu « à distance » de l’histoire originale sur certains points, moins « ancré » dans le matériau de base.., et le trois quant à lui est tout simplement génial : pour moi, il respecte l’histoire originale, renoue avec les intrigues laissées en suspens, et leur offre une très bonne conclusion.

Le premier tome est le plus fin, et se lit extrêmement vite, mais il est essentiel. Il nous fait surtout découvrir le personnage du Sorceleur au travers de petites anecdotes : son caractère, sa façon d’agir, etc. mais surtout, il pose les deux premiers jalons du Destin de Géralt : Son voeu et sa « Surprise ». De fait, ce volume offre entre autres une rencontre que j’estime majeure du sorceleur avec l’un des personnages forts de « The Witcher », histoire que j’avais vraiment très envie de connaître !
Les autres volumes vont en présenter bien davantage, notamment en termes de rencontres – très attendues pour moi -, et lever le voile sur nombre d’évènements évoqués dans les jeux ou dévoiler certains détails d’histoire qui ne bénéficiaient pas d’explications dans les jeux. Lors de ma prochaine partie, je comprendrais nombre de choses qui m’avaient échappé jusque là =)

Au final, livres et jeux sont presque à prendre comme un tout – mais revenons à nos livres !

Les 2 premiers tomes sont surtout une suite de « nouvelles », plus que des romans, mais la lecture ne s’en trouve pas vraiment modifiée par rapport aux autres volumes qui sont bien romancés, mais dont le style reste du « décousu entremêlé ». Le tout est bien géré je trouve, on s’y retrouve assez vite lorsque c’est nécessaire, et la plume de Sapkowski se lit globalement bien – j’ai personnellement appris des mots de vocabulaire que je ne connaissais pas avant en cours de lecture notamment pour pouvoir ‘suivre’ les combats -.
Dans l’ensemble, j’ai trouvé les livres très prenants, sûrement de par mon affection pour le dernier jeu je l’avoue, et j’ai donc eu du mal à en décrocher. Du coup, j’ai soufflé le premier tome en 1 jour, le 2e sur 3 soirs, et ainsi de suite … au final, ils n’ont pas fait long feu ! Pourtant, les volumes s’épaississent progressivement, le dernier faisant un peu plus du double du premier.
Et comme chaque fois qu’un univers a réussi à m’emmener loin, j’ai eu ce petit pincement du coeur lorsque j’ai réalisé que c’était fini. ^^
Bonus non négligeable pour moi : c’est l’un des rares univers où, lorsque j’aime un personnage, il ne meurt pas systématiquement avant la fin ! x)

Je me permets néanmoins de regretter certaines choses :
– Certaines phrases, sensées être en elfique ou autres langages, sont tout naturellement incompréhensibles et ne possèdent pas de traduction en bas de page ou entre parenthèse, et j’ai tendance à être un poil titillée quand je ne comprends pas quelque chose :p
– Certaines rencontres ou évènements manquent, à tout le moins de détails en plus. J’aurais aimé en apprendre encore davantage sur l’univers, et le passé du personnage, voire même des personnages.
– Je vais le répéter juste après, mais l’univers est sombre : assez « médiéval » dans le sens archaïque et bestial du terme, si je puis m’exprimer ainsi. Néanmoins, ce point donne aux livres l’intelligence de ne pas « décorer » l’horreur de la guerre, de la misère, et des comportements qui en découlent.

Cette atmosphère n’est pas très présente au début des livres. Elle devient de plus en plus noire, du moins me l’a t il semblé, à mesure que l’aventure avance, et on notera la présence de certains passages qui peuvent être qualifiés de « durs » ou « dérangeant », notamment lors de batailles sanglantes ou d’actes du même genre issus de la bassesse humaine. D’ailleurs l’image donnée des humains est souvent lamentable. Les hommes sont souvent violents, abusifs, lâches, et j’en passe. Les nobles d’âme ne sont pas légion … Quant aux femmes leur image est globalement dans la lignée du premier jeu : celles qui ne sont ni objets, ni stupides sont généralement mauvaises et manipulatrices… Et tous sont facilement aveuglés par une xénophobie maladive.
Mieux vaut le savoir avant de commencer à lire si vous n’avez pas côtoyé les jeux : l’univers de The Witcher est globalement sombre.

En dehors de cela, j’ai vraiment apprécié me plonger dans les aventures de Géralt, donc si des fans du jeux se posaient la question de savoir si les livres valaient le coup, je leur réponds oui sans problème ! ^^ C’en est presque à déplorer que la totalité des jeux n’existent pas au format écrit, car quand bien même cela aurait représenté dix ou vingt tomes de plus, je crois que j’aurais tout pris à la première occasion ! 🙂

 

 

Et j’en profite pour exhiber un peu sur le goodies que l’on peut voir sur les photos et que j’ai longtemps attendu : le médaillon de l’école du Loup !
Vu que je manque de place, je finirais certainement par revendre les livres, mais ce petit pendentif là, je le garderai ! ^^
Je craignais beaucoup de recevoir une copie de piètre qualité, voire un article qui n’aurait rien à voir, comme c’est souvent le cas lorsqu’on ne peut pas y mettre le prix, mais finalement je ne regrette pas d’avoir pris le risque : Il me plaît bien ! =)


Un poil plus petit que je ne me le figurais (pas grave, ça prendra moins de place encore ! ^^), et creux au verso, donc bien plus léger qu’imaginé. Il possède de la résine rouge semi transparente à l’emplacement des yeux, qui luit un peu à la lumière, lui donnant un air fort sympathique ! La longueur de la chaîne est bien plus courte qu’elle ne le devrait, et de facture juste moyenne, mais je m’y attendais un peu. En revanche, le point le plus important : la tête de loup est fidèle aux jeux (surtout le 3), et les finitions sont correctes. A mon humble avis, mieux vaut ne pas le faire tomber ou le mouiller, mais pour l’usage que j’en aurais – car cela reste du gros pendentif pas évident à porter ^^ – , je pense qu’il sera suffisamment robuste pour me rester en bon état très longtemps.
Au final, le médaillon a de l’allure et est un bon goodies The Witcher ! ^^

Voilà !

Bonne journée et à bientôt 🙂

 

L’interlude Geek #2 : La saga Dishonored

By | Geekerie | No Comments

J’avais très envie de refaire un interlude geek, j’ai d’ailleurs pas mal de jeux que j’aimerais traiter.. Et comme je viens justement de finir récemment un fanart, c’est l’occasion ! Parmi les moults jeux qui ont retenu positivement mon attention figure la saga des « Dishonored », et c’est de celle-ci que nous allons parler aujourd’hui. J’ai fini il y a peu « Death of the Outsider », le dernier opus sorti, et j’avais envie de faire un point sur toute cette série qui mérite qu’on s’y arrête 5 minutes.

Je ne traiterai pas d’un seul opus en particulier car il faut savoir que l’excellent niveau de ce jeu est maintenu dans tous les jeux & dlc de la série auxquels j’ai joué à savoir : Dishonored, Dishonored – La Lame de Dunwall (DLC), Dishonored – Les Sorcières de Brigmore (DLC), Dishonored 2, Dishonored 2 – Death of the Outsider (DLC ou du moins, si ce n’est officiel, moi je le considère comme tel). C’est assez rare pour le souligner, mais je passe d’un jeu à l’autre sans le moindre mal et j’y prends toujours autant de plaisir ! Bien sûr quelques fonctionnalités ont ajoutées, quelques touches changées, mais dans l’ensemble, aucun problème d’adaptation dans un sens comme dans l’autre.

Voici donc un petit avis qui, comme toujours, n’engage que moi sur les différents points dont je me sers pour évaluer mes jeux.

(Attention SPOILERS !!)

Dans Dishonored, sur un fond relativement sombre (peste, complots, etc), vous êtes transporté dans un univers d’inspiration « steampunk » qui pourrait évoquer l’âge industriel du monde réel. Au sein de cet univers, la magie filtre du « Grand Vide » et touche parfois des quidams en leur conférant d’étranges capacités … et votre personnage sera l’un d’eux.

Déjà premier point : l’ambiance, visuelle comme sonore, est géniale.  Je trouve que tout est pensé pour souligner cet univers à la fois sombre et mystique. Les éclairages et teintes du jeu vont vous immerger dans ce monde si familier et pourtant si étrange, et les musiques distillent avec génie le rythme et les rondeurs nécessaires pour maintenir le cocon du gameplay, soulignant juste comme il convient les différents évènements du jeu. Quand j’ai joué à chacun des Dishonored, j’ai juste été « à fond » dedans.

En parlant musique et son : Les musiques sont, je trouve, parfaitement adaptées à l’univers. Elles sont aussi « notables » et agréables à entendre qu’elles peuvent se fondre parfaitement dans l’ambiance du jeu. Parfois quelques morceaux ou même juste quelques notes ont un côté « exotiques », inhabituel, très plaisant. Même certains morceaux qui me faisaient un effet de tonalités pourtant « saccadées » me semblaient adaptés à l’environnement dans lequel j’évoluais.. Les musiques de Dishonored ont ce côté « véritable identité », propre au jeu. Pour le son : on retrouve souvent les mêmes voix et les mêmes phrases aléatoires, et ces voix et les divers sons ajoutés au jeu fonctionnent et donnent de la consistance et de la crédibilité à l’univers et à ses PNJ, ce qui est toujours appréciable pour renforcer une expérience de jeu. Les doublages sont bons, en FR tout du moins, je n’ai pas trouvé comment basculer en EN, j’avoue ^^’ J’ai l’impression que ce n’est pas possible, ce qui est un poil dommage. Heureusement, les voix sont de mon avis fort bien choisies : aucune ne m’a choquée ou dérangée comme cela peut parfois être le cas dans d’autres jeux. Pour moi elles collent aux personnages, et j’avoue avoir eu un petit faible pour la voix un peu rauque de Daud.

Niveau scénario maintenant. Grosso modo, le fil de l’histoire est « hyper simple », mais sobre et efficace, donc même s’il est relativement « attendu », il fonctionne ! Dit de façon simplifiée : Vous partez d’une situation peu enviable, vous cherchez les noms des responsables, vous les trouvez, les neutralisez, et obtenez ce pour quoi vous vous êtes battu. Libre à vous d’y intégrer la vengeance ou pas, mais on y reviendra.
De façon un peu plus posée maintenant. Concernant le 1 et le 2 (les jeux de base donc), le principe est un peu le même et colle au titre : Vous êtes un proche de feu l’impératrice Jessamine (son protecteur, ou sa fille éventuellement dans le 2), au sommet de l’échelle sociale donc, avec un empire qui compte sur vous, et du jour au lendemain, déshonoré, vous perdez tout. S’engage alors une enquête jalonnée de combats pour retrouver votre honneur, et ramener l’ordre (ou le chaos, mais on va y revenir) autour de vous.
Pour les autres opus qui sont en gros des DLC (temps de jeu plus court – scénar adjacent à l’histoire de base), ils apportent à l’histoire à la fois de nouveaux éléments et un autre angle de vue au travers de leur « antagonistes ». Dans les premiers DLCs, vous incarnez Daud, assassin de la bien aimée Jessamine, puis dans le dernier Billie Lurk, élève de Daud ayant cru Delilah à un moment de sa vie. Et c’est tout simplement génial selon moi ! Le seul moyen pour vous de vous faire une idée, serait d’y jouer ^^ J’adore quand tout n’est pas complètement noir ou blanc et que l’on peut creuser un peu l’histoire d’un personnage pourtant secondaire au départ.
Lors de l’incarnation de Daud, vous êtes donc un assassin qui, pour la première fois, éprouve du regret devant l’acte commis et cherche en quelque sorte la rédemption. Vous apprenez alors que l’héritière de votre victime (Emily) est loin d’être hors de danger et vous partez à la recherche de ceux qui la menacent… Quant au dernier opus avec Billie, vous êtes parti à la recherche de votre ancien mentor que vous aviez trahi : Daud. A peine le retrouvez vous qu’il vous confie une mission pour le moins singulière : tuer un Dieu. L’Outsider. Le Dieu qui a conféré leurs pouvoirs à vos personnages. Le Dieu qui, selon Daud, est responsable de tout ce bazar..

Un peu simplet ? Peut-être, mais on s’en fiche. Je le redis : ça marche ! Et à la rigueur, je trouve l’ambiance telle et le gameplay si agréable que le scénario passe franchement en second plan ! Et c’est vraiment plaisant ! Je peux néanmoins noter un petit « problème » des scénarios… *roulements de tambour :p *
Pour ma part, la partie que je considère comme « MA » partie, avec mes vrais choix, ne pose jamais le moindre problème puisque cela correspond… MAIS, si vous êtes du genre à la jouer sanglante, alors sachez qu’il n’y aura pas de continuité entre les jeux. Que vous ayez choisi ou non de vous venger de Daud dans Dishonored 1, il sera toujours en vie au début de « La Mort de l’Outsider ». De même que Billie, qui pourtant pouvait être empalée par Emily (ou Corvo) dans Dishored 2. C’est un détail, mais il est notable et pourrait faire râler certains joueurs. Personnellement ça me va vu que j’aime beaucoup ces personnages !
Autre point : Le grand vide est toujours là, mais aucun des personnages que l’on a déjà rencontré ne semble avoir encore une véritable histoire à nous raconter (sauf peut-être l’Outsider, qu’il faudrait nommer, or cela me semble hors de propos). La saga va t-elle donc s’arrêter avec la fin de l’Outsider ? Ou bien va t elle se renouveler ?? Le principe des suites infinies pompes à fric me répugnent, mais j’ai tellement aimé chacun des morceaux de Dishonored que je suis un peu triste à l’idée qu’il n’en y ait plus derrière … Wait & See comme on dit !

Les choix / Les fins : Si vos objectifs demeurent inchangés, le jeu vous laisse libre de choisir votre mode opératoire et votre ligne de conduite. C’est à dire que vous pouvez tout aussi bien massacrer tout le monde de front, en combat rapproché comme à distance, qu’opter pour une approche 100% furtive, et/ou décider de ne pas verser une seule goutte de sang. Par ailleurs, afin de la jouer « infiltration », le jeu offre une diversité de cheminements possibles très appréciables (chemins multiples à la Deus Ex 😉 ). Le résultat final sera quoi qu’il en soit toujours le même . . . à un détail près, qui a son importance : Votre expérience de jeu va changer votre personnage, et potentiellement une partie du monde dans lequel vous évoluez. Cela passe par la gestion du « Chaos ».
Par exemple dans Dishonored premier du nom, si Corvo entasse les cadavres, la peste se répand d’autant plus, vous croisez donc d’autant plus de rats et de pestiférés dans les rues, et l’enseignement qu’il inculquera à Emily sera bien moins clément qu’il ne l’aurait été à l’origine … En revanche, si votre chaos généré est faible (pas de sang versé ou jamais inutilement), la peste ne s’étend pas, et Emily bénéficiera d’une éducation « juste » et son règne sera annoncé comme « sage ». Un impact donc non négligeable quant à vos choix et actions !
Je noterai un « bémol » à ce niveau, s’il vous est possible de faire la totalité des opus sans jamais vous faire repérer ni tuer qui que ce soit, le dernier opus avec Billie ne vous conférera que le succès « Ombre » (zéro détection) mais pas de succès « mains propres » ou « pacifiste » pour l’absence de morts. De la même façon, il ne tiendra pas compte du chaos généré par vos actions (mais ça je me souviens plus mais je pense que c’est le cas de tous les « DLCs » Dishonored).

Parlons un peu des pouvoirs.
Je commence par un aparté que j’ai aimé : vous avez la possibilité dans Dishonored 2 de faire une partie en ayant refusé d’obtenir la marque de l’Outsider ! Une partie complète comme une humaine standard, simplement aidée de quelques charmes d’os (pour sauter plus haut, c’est assez vital de mémoire). Et pour le coup, je crois me souvenir qu’il y a un succès lié à cela (pas comme dans Deus Ex HR hein :p). C’est vraiment super sympa je trouve ^^ Bon par contre, c’est carrément plus long et plus compliqué, mais faut savoir ce que l’on veut 🙂
L’Outsider vous a donc refilé gratuitement les pouvoirs liés à sa marque, et premier détail sympa : chaque personnage a les siens de base. Certains sont équivalents (Clignement pour Corvo, Transfert pour Billie, etc), et d’autres carrément différents les uns des autres changeant ainsi votre expérience de jeu (stratégie & co). Pour autant, on a la possibilité par exemple dans le dernier opus avec Billie, de refaire le jeu avec 3 des pouvoirs de Corvo : Clignement, Vision des Ténèbres, et Domino. La nostalgie tout ça… A noter que certains trophées ne pourront être obtenus qu’avec les pouvoirs de Billie (qui sont, j’avoue, un poil cheaté, mais c’est géant !).
In Game, leur utilisation est très aisée (j’adore le système de roue des armes&pouvoirs via le clic molette) et ils peuvent parfois être améliorés à l’aide de charmes d’os ramassés dans le jeu, ou pour certains opus (ceux de base), à l’aide de « runes » qui débloquent des options ou nouveaux pouvoirs. J’ai personnellement beaucoup apprécié ce système de pouvoirs plus encore que l’arsenal disponible !
Un mot tout de même sur cet arsenal : de quoi faire joyeusement tout péter ou discrètement et pacifiquement neutraliser les ennemis, on a un peu de tout pour s’adapter à notre style de jeu. Dans l’ensemble la quantité de munition en mode facile et normal est plus que largement suffisante, donc il n’y a pas vraiment à s’en inquiéter. En revanche, de mémoire, je comptais mes fléchettes tranquillisantes en mode difficile (et on leur dit adieu dans La Mort de l’Outsider snif x) ).

Les modes du coup, vite fait. Oui, l’impact entre facile et difficile se fait ressentir. Le nombre d’ennemi, leur perception des bruits et leurs angles de vues : tout change ! S’il est parfois possible d’étrangler un ennemi à 10 mètres d’un pote à lui en mode facile, mieux vaut ne pas essayer en mode difficile ! De même la quantité des munitions, les dégâts reçus, la qualité des soins procurés par les potions, etc … tout cela va varier d’un mode à l’autre. On peut donc faire les parties avec une difficulté crescendo qui, elle aussi, va changer l’expérience de jeu ! Dans le dernier opus, j’ai même personnalisé ma difficulté : soins moindre, peu de munition, vigilance des ennemis moyenne, etc… C’est particulièrement fun de pouvoir définir soi même quels éléments vont ou non nous compliquer la vie =)

Le gameplay. Un gros morceaux, probablement le plus important pour moi et qu’on se le tienne pour dit, j’ai juste ADORÉ jouer à Dishonored. J’ai limite rien de plus à dire sur le sujet.
Déjà, je n’ai noté pratiquement aucun bug de jeu, dans aucun des opus. Le seul que j’ai noté, c’est certains ennemis assommés qui parfois, meurent sans vraie raison apparente (il ne faut donc pas les entasser, pas les laisser même de dos dans 2cm d’eau, etc.). C’est tout. Et de nos jours, c’est devenu relativement rare x)
Le gameplay est juste BON ! C’est fluide, c’est intuitif, les libertés offertes au joueur en terme de choix de conduite et de trajets… c’est super ! Je souligne d’ailleurs que les maps, bien que souvent assez ‘petites’, sont franchement bien pensées ! Et c’est toujours sympa de se dire à la partie d’après « fichtre, mais j’aurais pu passer par là en fait, ça aurait été tellement bien ! » L’animation des actions est nickel (ex: on voit qu’on se hisse sur un mur, aucune saccade ou téléportation) et le fait qu’on ne voit jamais son personnage ne me dérange pas, à aucun moment, et pourtant je suis une habituée des jeux à la 3e personne bien plus qu’à ceux en visuel subjectif. Les sauts sont bien gérés, le mode furtif, le sprint, la glissade, non vraiment, tout est cool ! Même la visée, où le seul bémol possible c’est que tirer entre des barreaux, souvent on ne peut pas x).
J’aurais tendance à dire que niveau gameplay, les possibilités et les limites me rappellent le dernier Deus Ex en date : Mankind Divided, qui à ce niveau là était juste excellent (je me demande d’ailleurs s’ils ne se sont pas alignés sur Dishonored pour ça entre HR et MD ^^). J’ai pris autant de plaisir à diriger mon perso dans les deux jeux, sans prise de tête !

Niveau rythme, je le trouve assez soutenu si on ne traîne pas en chemin, les temps de chargement sont parfaitement corrects, et la durée de vie du jeu est dans ma moyenne raisonnable : ni trop long, ni surtout trop court. De mémoire comme ça je dirais jusqu’à une trentaine d’heure pour les jeux de base (1 et 2) et une dizaine voire quinzaine d’heures pour les autres.
Notons que je considère Death of the Outsider comme un DLC, au même titre que la lame de Dunwall ou les sorcières de Brigmore, plus qu’un opus à part entière, bien que je ne sois pas certaine que ce soit le cas. J’ai eu l’impression également qu’il était le plus court de tous mais cela reste à vérifier.

Un mot sur les quêtes « annexes » très peu nombreuses, très courtes, mais toujours sympathiques à trouver et agréables à faire pour la plupart. Ce n’est clairement pas la raison N°1 de faire le jeu, mais ça passe crème. Dans Death of the Outsider, elles sont gérées sous forme de ‘contrats’ qu’il faut aller récupérer dans les boutiques clandestines.

Enfin un petit avis sur les graphismes qui sont toujours dans un style particulier propre à la saga et que j’aurais honnêtement du mal à décrire : Cet univers visuel me dépayse sans me choquer. Je trouve que les graphismes sont bons et cohérents et que le design global est atypique et intéressant. Bien qu’il soit possible de trouver plus réaliste ou plus « lissé », la qualité est là pour moi, et j’ai plaisir à découvrir les maps, les persos, et tout le reste.
Je vous mets un petit montage de 3 screens pris en jeux (dans Dishonored, Dishonored 2, et Death of the Outsider) pour vous donner un aperçu.

Screenshots IG : Dishonored, Dishonored 2, Death of the Outsider (cliquer pour agrandir)

Pour conclure : les jeux Dishonored sont très bons. Tout simplement.
Un plaisir à jouer du début à la fin, un univers crédible, une ambiance prenante, une bande son aux petits oignons… La saga des Dishonored est une saga que je pourrais sans problème me refaire à l’occasion, et que je vous invite à découvrir si ce n’est pas déjà fait =) C’est donc sans aucun scrupule que je donne ma note à cette série : un joli 18.5 qui la classe direct dans mon top 3 actuel des jeux « récents » auxquels j’ai joué.

Aller, je termine par un petit fanart de l’Outsider réalisé sous Paint Tool Sai en mode « test » des brushes que je ne connaissais pas encore car il faut bien regarder un jour à quoi ça sert xD

j’ai utilisé un template pour la marque sinon je n’y arrivais pas x)

Bonne journée et à bientôt ! 🙂

Article recyclé – Collection Automne/Hiver (version Geek)

By | Blabla, Dessins, Geekerie | 2 Comments

Parce que des années plus tard, c’est toujours valable ! 🙂


Eh oui ! Voici la nouvelle collection spéciale saisons froides qui va immanquablement intégrer votre garde robe ! Tout à moins 50%, profitez en !

A. Le bonnet coiffeur
Avec option électricité statique qui vous relooke pour pas un rond, ce bonnet sera la cerise sur le gâteau au moment de sortir, histoire de bien avoir l’air tarte, et les tartes, c’est bon.
Taille : unique.
Bonus : 5 points de résistance contre les éléments Glace et Vent. 1 point d’apprentissage pour la capacité « Ridicule ».

Coût : 10 points de capacité « Crédibilité ».

B. L’écharpe tendance
Avec cache-nez et mouchoir intégré, elle permettra de protéger votre cou du froid tout en camouflant votre nez rouge et reniflant refilé gratuitement par la saison.
Taille : unique.
Bonus : 5 points de résistance contre les éléments Glace et Vent. 1 point d’apprentissage pour la capacité « Ridicule ».
Coût : 6 points de capacité « Communication ».

C. Le manteau douillet
Avec une coupe finement travaillé permettant de masquer toutes les autres formes éventuelles de votre corps ou votre tenue, ce manteau vous procurera une intense sensation de chaleur et vous permettra de perdre 5 kilos chaque fois que vous l’enlèverez (mais que vous reprendrez chaque fois que vous le remettrez, bien sûr).
Taille : unique.
Bonus : 20 points de résistance contre les éléments Glace et Vent. 10 points de résistance contre l’élément Eau. 1 points d’apprentissage pour la capacité « Ridicule ».
Coût : 20 points de capacité « Charisme » et 5 points de capacité « Souplesse ».

D. Les gants stylés
La mode vintage vous permet de ressortir des antiquités mitées vous donnant la douce illusion que vos doigts ne tomberont pas à cause du froid, et l’espoir c’est important.
Taille : unique.
Bonus : 2 points de résistance aux éléments Glace et Vent. 1 points d’apprentissage pour la capacité « Ridicule ».
Coût : 10 points de capacité « Dextérité » (+ malus de 5 si vous utilisez un clavier).

E. Le pull « comme à la maison »
Avec sa coupe ingénieusement complètement difforme et ses couleurs approximativement flashy, ce grand pull est l’élément indispensable pour parfaire une tenue sobre et confortable alliant originalité et efficacité.
Taille : extensible.
Bonus : 10 points de résistance contre les éléments Glace et Vent. 1 points d’apprentissage pour la capacité « Ridicule ».
Coût : 5 points de capacité « Charisme » et 5 points de capacité « Discrétion ».

F. Le pantalon polaire
Aussi doux qu’un pyjama, aussi chaud qu’une couette, aussi stylé que votre dernier jogging qui a largement fait son temps, ce pantalon ne quittera plus vos jambes tant il est agréable à porter.
Taille : unique.
Bonus : 15 points de résistance contre les éléments Glace et Vent. 1 points d’apprentissage pour la capacité « Ridicule ».
Coût : 10 points de capacité « Charisme » et 2 points de capacité « Vitesse ».

G. Les chaussures épaisses
Aussi efficaces que des après ski et esthétiques que des mocassins, elles seront en mesures de vous porter même sur les chemins les moins probables tout en vous protégeant des morsures du froid et des caniches enragés (on n’y pense jamais assez).
Taille : Variable.
Bonus : 10 points de résistance contre les éléments Glace, Eau et Vent. 1 points d’apprentissage pour la capacité « Ridicule ».
Coût : 5 points de capacité « Charisme », 2 points de capacité « Vitesse » et 5 points de capacités « Discrétion ».

Résistance actuelle à l’élément Feu : 0/100.
Résistance actuelle à l’élément Eau : 20/100.
Résistance actuelle à l’élément Glace : 67/100.
Résistance actuelle à l’élément Vent : 67
/100.
Résistance actuelle à l’élément Foudre : 0/100.

Bonus de SET complet : + 1 point pour la capacité « Ridicule ».

Nouvelle Capacité « Ridicule » Apprise ! >>> L’attaque « marche de l’empereur » est maintenant disponible !!
 Automne/Hiver ? LA période de l’année où l’air « intelligent » est soldé du début à la fin !

Sinon le reste ça roule, je profite d’un petit filet d’air vivifiant qui se galvanise de jour en jour me permettant de trouver une utilité à tous mes polaires et autre pulls à col roulés que j’aime tant mettre dans un carton lorsque je le peux… Et ça me permet aussi d’avoir une pensée pour les inventeurs trop souvent oubliés qui ont pourtant eu l’idée fantastique de créer les radiateurs, les écharpes, les chaussettes, les sous pull, les gants, les ponchos, le thé chaud, et le baume anti gerçures sans qui je ne pourrais plus vivre à l’heure actuelle, c’est quand même à noter.

 

Belle journée, et n’oubliez pas de bien vous couvrir !!

L’interlude Geek #1 : Deus Ex Mankind Divided

By | Blabla, Dessins, Geekerie, Liens | No Comments

Parce que j’ai mon petit côté « Geek », je passe régulièrement de mon temps libre sur des jeux, et j’adore en parler avec d’autres joueurs, pour échanger nos avis, impressions, prévisions, etc…. Il y a d’ailleurs certaines « séries » que je suis de très près et dont je ne me lasse pas de parler, mon favori EVER restant néanmoins à ce jour les Mass Effect 1, 2 et 3.
Mais LE jeu sur lequel j’aurais passé le plus de temps cette année 2016, c’est « Deus Ex », en me refaisant Human Revolution, et en découvrant Mankind Divided que j’attendais avec impatience. Et je me suis dit que j’allais faire un petit commentaire énorme pavé dessus, parce que j’en avais envie ^^.

Attention SPOILERS ! Si vous n’avez pas joué aux jeux, évitez de lire !

Il faut savoir qu’à la sortie de Human Revolution (jeu de base – sans DLC), j’avais été rapidement conquise : Les graphismes étaient bons, le gameplay efficace, l’histoire sympa, la BO typiquement Deus Ex avec l’ambiance qui va bien, et avouons le, je kiffais le héro car c’est toujours sympa de jouer un personnage badass et assez sexy (même s’il faisait un peu minot au début)… Bref, tout était cool !
La fin, cohérente, m’avait laissé un goût un chouilla amer, mais je la comprenais, et les possibilités étaient correctes (même si j’ai cru revivre ME3 à moindre échelle :p).
J’avais d’ailleurs particulièrement apprécié la possibilité de finir le jeu intégralement sans tuer personne (hors boss) ni avoir à débloquer une seule augmentation dans la même partie (bien que j’ai pleuré qu’il n’y ait aucun bonus caché pour ce dernier point xD).

J’avais donc de grandes attentes sur Mankind Divided, surtout avec les trailers que j’avais pu voir – avec le retour de Jensen ! -, mais je dois admettre que ma première partie m’a laissée mi-figue mi-raisin : la fin du jeu est arrivée au bout de 30h, ce qui est correct, mais elle m’a laissée un goût de cendre dans la bouche. Petit topo qui n’engage que moi !

Les points négatifs.

Déjà, pour commencer, le scénario de Mankind Divided m’a fait l’effet d’un méga trailer pour le prochain Deus Ex. (Alors que Human Revolution avait bien une histoire, avec un début et une fin, bien ficelée, intéressante…) Là, on a l’impression de s’arrêter au premier boss… Il manque une finalité à nos actions, et des centaines de questions sont soulevées, mais aucune n’obtient la moindre vraie réponse..

Ensuite parce qu’il n’y a pas de continuité de nos parties. Contrairement à ME ou DA par exemple, quelles qu’aient été nos actions et notre choix final dans le volet précédent, le jeu s’en fiche royalement. Par exemple : on commence avec un Jensen ayant débloqué des augmentations, nos chers ennemis invisibles ont quand même obtenu peu ou prou la situation qu’ils voulaient… Si vous aviez sauvé Malik, aucune mention n’est faite d’elle. La quête avec Michelle nous dévoilant un peu du passé mystérieux et étrange de notre héro ? On n’en apprendra rien de plus. Vous aviez sauvé Bradford ? Pas de nouvelles non plus. Etc, etc.
Prévisible puisque le jeu n’utilise pas les sauvegardes du volet précédent, mais décevant (oui je m’habitue vite au luxe des choix/conséquences – et je pense que leur équipe aurait les compétences pour l’implémenter). Du coup, lorsqu’au cours de ce scénario, on a des choix à faire également, on se demande bien  « pourquoi ? » au final, puisque l’équipe du jeu a annoncé sur internet que quoi qu’on fasse, ils ont les pirouettes scénaristiques qu’il faut pour sortir les prochains jeux sans les prendre en compte… c’est assez rageant.
En vrac comme ça pour MD : les preuves de Talos Rucker, elles servent à quoi finalement ? Miller n’en fait rien, Vega n’en tire qu’un code inutile, et si on les garde on ne peut rien en faire non plus. Quant à l’antidote de l’orchidée, si vous ne l’utilisez pas, il ne sauvera jamais personne d’autre ? Et lorsqu’on s’est amusé à visiter tous les coffres des grandes entreprises à Palissade : ce qu’on voit là dedans ne sert donc à rien par la suite ?? Si l’on a aidé Eliza, cela ne change rien dans le rôle qu’elle aura à jouer ? Etc, etc.

Petit détail d’importance : comme dans Human Revolution, certains bugs ne sont pas corrigés, et ça fait bien râler de perdre du temps de jeu à chaque fois au même endroit. J’ai par exemple eu le problème du stand de tir de la TF29 dont il m’est absolument IMPOSSIBLE de sortir sans faire planter tout le jeu avant la dernière visite à Pragues, là ça passe – mais ça saute la cinématique de sortie que le jeu avait l’air de vouloir lancer dans les essais précédents… Le reste du jeu fait assez vite oublié ces déconvenues, mais le must aurait quand même été qu’il n’y en ait pas.
Je vais ajouter dans cette section un petit souci de gestion du son : les dialogues lors des cinématiques étaient juste inaudibles – et ne le devenaient qu’à peine en mettant la musique au minimum et les dialogues à fond. J’ignore si je suis la seule à être concernée, mais j’ai trouvé cela assez pénible.
Et jamais deux sans trois, j’y précise également la longueur des temps de chargement qui cassent quand même bien le rythme (ça vient peut être de mon PC, mais fichtre, c’est long !) ! Heureusement, lors des « trajets », ces temps morts ont une boucle cinématique pour nous faire patienter.

Autre point négatif « bonus » qui m’a retourné le cerveau, mais ça c’est à titre purement groupie et subjectif : ce qu’ils ont fait de Franck Pritchard.
Si comme moi vous aviez adoré le Pritchard de Human Revolution (et le trouviez relativement sexy le bougre :p), vous pouviez soit-disant le ‘retrouver’ dans Mankind Divided  via le DLC « System Rift » pour quand même 12€. Oh le joli hochet !!! J’ai donc cherché à avoir des retours pertinents sur le sujet (car on connait le principe des DLCs hein…).
Il se trouve que je n’achèterai pas ce DLC malgré mon amour pour Pritchard (et pour sa voix), car ce qui en ressort c’est qu’on aperçoit notre Francis uniquement par hologramme ou infolink, que le temps de jeu du DLC est estimé à 1h30, sans réel challenge, sans réel scénario ou intérêt, mais avec clairement un côté propagande pour le mode Breach (que personnellement, je n’aime pas), et surtout, SURTOUT, voici le nouveau chara design de notre cher informaticien qui est juste … Massacré au tractopelle ? – je ne sais pas comment mieux décrire la chose :

pritchard-evolution

Sérieusement les gars ? Mais POURQUOI vous avez fait ça ?!?!? [Ces images ne m’appartiennent pas – j’ai juste fait le montage]

Pritchard : ou le seul personnage a avoir pris 10 ans au lieu de 2, ayant sombré dans l’alcool et la drogue, et ayant subi une intervention chirurgicale ratée – ça fait beaucoup pour un seul homme… Je ne pouvais donc juste PAS passer ça sous silence… un peu de fan service certes, mais de qualité, que diable !
Mais revenons à nos moutons.

Dernier point négatif – mais il s’agit là de spéculations : parmi les éléments de découvertes que nous proposent Mankind Divided, et en cherchant bien, il y en a un paquet (et comme je n’ai pas lu Black Light j’ai peut-être raté des choses), mais certains donnent lieu à des possibilités peu réjouissantes. Je parle surtout des informations qui laissent présager que notre cher Adam va finir par faire de la merde du ‘caca’ de gré ou de force :
– Adam n’a aucun souvenir sur une année complète, il ne savait même plus qui il était, et se retrouve avec de nouvelles augmentations assez dangereuses.
– Ces augmentations ne sont pas celles implantées par Sarif Industries – ni probablement les anciennes : tout a donc été remplacé.
– Les expériences de TYM montre qu’on peut manipuler les souvenirs & la personnalité des gens via une puce (il existait déjà la possibilité de contrôler les gens dans HR avec Zelazny et leur faire péter un câble avec la puce des illuminatis modifiée par Darrow).
– Le technicien de la TF29 nous signale lorsqu’on lui parle que notre infolink est connecté (« l’espace d’un instant j’ai cru que votre infolink était connecté, ce serait dingue, non ?« ) : Jensen est donc plus ou moins sur écoute en permanence, mais par qui ? On pourrait penser que c’est parce que le collectif mastodonte est en lien permanent avec lui, mais ce ne serait pas prudent hors communication, donc pour moi, il s’agit d’une écoute des illuminatis – ce qu’aurait tendance à confirmer la scène post crédit.
– Les illuminatis (ou certains d’entre eux du moins dont Everett & Debeers) suivent de très près notre évolution – Manderley est celui qui nous a affecté à notre poste au sein de la TF29, et « Delara » a clairement l’œil sur nous, voire l’oreille : elle sait que l’on souhaite rencontrer Janus – la seule personne qu’ils ont l’air de redouter – et attend précisément ce moment. Tout a déjà ce côté « planifié »..

On est donc en droit de se demander si Adam Jensen est bien Adam Jensen ou pas, mais surtout, s’il n’a pas une puce de contrôle en lui qui sera activée à distance lors de sa rencontre avec Janus. Adam deviendrait alors un proxy humain et une arme redoutable qui tuerait de ses mains le seul pouvant théoriquement lui apporter des réponses fiables – en tout cas, je vois bien venir une cinématique de ce genre et ça me fait grincer des dents. En gros, on ne jouerait plus alors qu’un pion pour nos ennemis, et non plus un bâton dans leurs roues – si c’est le cas, la classe du personnage mourra probablement avant lui dans un prochain volet, et mon amour de la saga avec, j’ai donc un peu peur. On croise les doigts pour que ça n’arrive pas !

Au passage, tellement de noms font écho à Deus Ex premier du nom que je me dis régulièrement que j’aimerais bien qu’à la fin, ils aient l’idée de nous le refaire en respectant le scénario originel mais avec les graphismes & gameplay actuels… sans DLCs à la noix… ce serait chouette, non ? Bref.

Néanmoins, Mankind Divided compte aussi énormément de bons points qui sont importants à souligner et qui font que j’ai aimé y jouer et j’y rejouerai avec grand plaisir.

Les points positifs.

Le premier ne concerne pas réellement le jeu, mais un trailer qui a été créé autour du jeu : « The Mechanical Apartheid« . J’ai rarement vu une bande annonce aussi puissante, et je regrette qu’il n’existe pas le film qui va avec. Cette petite réalisation met directement une grosse ambiance et m’a personnellement procuré pas mal d’émotions. Je trouve intéressant que pareil élément ait été apporté à l’univers, et je pense qu’il fallait le souligner.

Pour commencer à proprement parler sur le jeu : l’évolution des graphismes qui sont superbes – mais je suis un public assez facile à ce niveau là ^^ – , avec des personnages nouveaux très réussis (McCready, Miller, Vega…) dont le chara design est de bon niveau (à l’exception de Pritchard, désolée, là je ne peux pas valider, impossible x). Et notre Adam Jensen est de retour en ayant conservé son petit caractère à lui mais est devenu 2 fois plus canon et badass, ce qui est toujours fort appréciable.

Pour donner dans les points forts du son, parlons langue du jeu : j’ai finalement trouvé comment basculer le jeu en anglais. Comme dans Human Revolution, on peut donc choisir entre apprécier les doublages FR ou savourer les doublages EN, et ça, c’est cool.

Ensuite, le gameplay qui a été grandement amélioré, je le trouve plus fluide et ‘réaliste’. Le fait de pouvoir se hisser sur une plateforme par exemple manquait au volet précédent alors qu’on trouvait déjà cette possibilité dans de nombreuses autres franchises. J’aime énormément aussi la multitude de chemins possibles pour un même trajet que j’ai trouvé plus présente que dans Human Revolution qui s’en sortait déjà pas mal, et le fait qu’il y a toujours un petit lot de lieux à découvrir (appartement, balcons, etc.) dont certains racontent un morceau d’histoire..

En effet, on y trouve également un univers plus poussé, dans un contexte assez « visionnaire » pouvant faire écho à certains aspects de notre époque. En visitant les différents lieux hors quête principale et en piratant des terminaux, on va pouvoir découvrir les conséquences de la situation du monde sur la vie de parfaits inconnus (d’un coup moins anonymes) et mesurer son impact sur les gens. D’ailleurs, certaines quêtes secondaires sont sympas, il n’en fallait pas moins. Leur impact sur la quête principale par contre reste nul. Seule petite satisfaction, certaines débloquent une mini « news » dans la cinématique à la fin du jeu. Un pas en avant par rapport au volet précédent. Qui sait, un jour on aura peut-être un véritable système de choix/conséquences qui permettra de personnaliser un peu l’histoire en fonction du joueur ? Peu de chance, mais l’espoir reste permis.

alllivesmatter

Partie d’un screenshot pris dans le jeu.

Toujours dans l’esprit de l’univers Deus Ex, même s’il s’illustre un tantinet moins que Human Revolution ou Deus Ex premier du nom au niveau de la musique (avec une ligne identitaire que je trouve personnellement un peu moins « marquée »), cet opus a tout de même une bande son qui est dans l’ambiance du jeu et qui reste globalement bonne. Si l’on peut déplorer l’absence de risque sur certaines compositions qui fait que quelques pistes passent inaperçues dans le jeu, j’ai pour ma part un soulagement du fait de retrouver un peu de l’atmosphère musicale qui m’avait tant plu sur les deux volets d’avant. Certains morceaux s’en sortent plutôt bien à mes oreilles (j’aime beaucoup le thème de la TF29 ou de la planque de Jensen d’ailleurs) mais avouons le, passer après « Icarus« , ça restera tendu. ^^

Pacifiste & Fantôme : Certes, nous commençons de toute façon avec des augmentions actives, mais le jeu nous offre la possibilité de le finir sans jamais être détecté et sans tuer PERSONNE (pas même le boss !), et si c’était notre ligne de conduite lors du dernier opus, c’est vraiment bien de pouvoir continuer là dessus.. un grand bravo pour ça.

Je reviens enfin sur l’Histoire. Comme dit plus haut, mankind divided n’a pas de fin à proprement parlé et laisse un goût d’inachevé prononcé à la fin de l’opus… et les brides d’information qui tombent nous laissant présager le pire pour notre héro sont assez agaçantes. Néanmoins, l’histoire globale se profilant à l’horizon ne manque pas d’intérêt avec l’introduction du collectif mastodonte, de Janus, l’évocation du rôle d’Eliza, et bien d’autres points qui attisent la curiosité, et nous donne malgré nous l’envie d’en savoir plus et de découvrir ce qui attend Adam par la suite, car oui, avec ce qu’ils ont fait là, il serait plus que logique (voire indéniable) de le retrouver au prochain épisode… et avouons que ça fait plaisir.

Au final, un bon jeu qui occupe un temps bien correct même si on sent bien la fibre commerciale au niveau du scénario et des DLCs.
Je lui mets malgré tout volontiers un joli 16/20 généreux et pas du tout objectif car le jeu est beau, le gameplay est vraiment fait pour moi, l’ambiance globalement respectée et prenante, et le personnage principal est juste réussi, et ça, on ne peut pas l’enlever à Eidos.

Voilà. C’était mon humble avis, et je serai curieuse de connaître celui d’autres personnes y ayant joué.

Sur ce, je vous laisse sur un petit dessin (avec quelques défauts mais on s’en fiche) de notre cher Pritchard (en attendant un dessin potable d’Adam un jour peut-être 🙂 ) dans sa VRAIE version. Dessin qui  d’ailleurs n’est aucunement exagéré sur quelque point que ce soit et n’est pas du tout fan service… :p

pritchardsanspull(Quoi ? Comment ça « normalement il a un pull » ? Je ne vois pas de quoi vous voulez parler ! :p )

Belle journée à bientôt ! 🙂

Geek !

By | Dessins, Geekerie | No Comments

Petite aquarelle de la série « Ces choses qui me rendent heureuse ».

Geek

Parce que de temps en temps, se faire une journée (ou plus vraisemblablement quelques heures) de Geek-Cocooning, c’est juste trop trop bien ! 😀

Surtout que 2016 promets pas mal de sorties sympathiques, ce qui n’est pas si souvent ! En tout cas, j’attends pour ma part 5 ou 6 jeux… J’espère que tous auront leur portage sur PC, sinon je vais être triste x)

Fanarts JDG

By | Blabla, Dessins, Geekerie | No Comments

Petit post de dessins groupés sur le thème « Joueur du Grenier », mais cela comprend également Aventures (du Bazar du Grenier) et les filles Sorina-Chan et Shun-Geek qui font un très bon travail aussi.

Je peux laisser leurs vidéos tourner des journées entières sur le PC. En fait, c’est ce que je fais du moment que je suis à la maison… x)

Il y a celui de 2011 et les 3 de cette année. Je les aime bien, donc je les poste ! :p

JDG 2011
JDG 2011
Sorina Chan & Shun Geek
Sorina & Shun-Geek
 Aventures ! Saison 1
Aventures S1
Merci à l'équipe JDG
Equipe JDG

+ Edit du 20/12/2015 :

J’avais tenté de poster les fanarts « MerciJDG » et « Aventures S1 » sur le site de joueur du grenier en Septembre, et craignais que ça n’ait pas plu, ou que la page ne fonctionne pas… et ce matin MAGIE !! Mes fanarts ont été postés !! Je suis trop contente !!! ^^
Et un poil fière j’avoue. J’ai quand même un bout de moi qui s’inscruste sur le site JDG, si ça c’est pas la classe ;p

Merci à l’équipe JDG « extended » ! Et bon courage !
Oui, à priori, rien qu’avec les fanarts qu’ils reçoivent, ils ne sont pas prêts de s’ennuyer ! xD +